Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

VENEZ AU 303 ROUTE DE PARIS (AMIENS) : IL FAUT S'ORGANISER !

1 Mai 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

POUR LUTTER CONTRE L’AUSTÉRITÉ IL FAUT S’ORGANISER

Le PS a connu en mars 2014 une de ses pires défaites électorales de son histoire. Pourtant il ne tire aucune leçon de ce clair désaveu.

Au contraire, il choisit de mettre à la tête du gouvernement Manuel Valls, le ministre le plus à droite et le moins représentatif (5 % aux primaires de son parti) qui soit. Plutôt que de renouer avec les Français en faisant une vraie politique de gauche, François Hollande choisit donc de mettre en oeuvre une politique d’austérité que la droite ne peut pas contester. Il espère ainsi lui disputer son électorat alors qu’il ne fait que rendre plus nécessaire le divorce entre l’Élysée et le peuple français.

À Amiens, Thierry Bonté, le candidat PS, soutenu par la direction du PCF de la Somme et les Verts, a suivi la même stratégie. Il a accepté sur sa liste la présence d’un membre de l’équipe de Gilles de Robien, celui là même que la gauche unie avait battu en 2008. Cela l’a conduit à l’échec.

C’est indéniable, le PS et ses supplétifs n’ont pas tenu les engagements pris avec les Amiénois et se sont enferrés dans une politique d’austérité synonyme de privatisation et de régression sociale.

Le faible score du PS en mars dernier (25 % au premier tour alors qu’il était sortant) témoigne d’un rejet du peuple à son égard malgré un appui médiatique important dont la liste présentée par l’Aube nouvelle et le PG a été privée.

L’électorat de gauche s’est également abstenu. Il a montré ainsi son ras-le-bol à l’égard d’un PS qui contrôle tout du sommet de l’État jusqu’aux municipalités et qui ne se préoccupe que de satisfaire les besoins des actionnaires et des rentiers.

Entre 2008 et 2014, nous avons pu mesurer que les amiénois étaient de plus en plus en colère contre la politique anti-sociales de la municipalité c’est pourquoi nous avons pris la décision de présenter une vraie liste de gauche. Évidemment la question de notre attitude à l’égard du PS au deuxième tour revenait souvent, l’inquiétude étant de ne pas savoir si nous allions ou non les rejoindre.

En vertu du programme que nous vous avons présenté, au regard de la politique désastreuse de l’équipe Demailly-Bonté, nous avons décidé de ne pas trahir la confiance de nos électeurs en signant une alliance contre-nature. Nous ne pouvions décemment pas apporter une caution de gauche à une majorité sortante qui s’était alliée avec une partie de la droite robienesque (JB Grubis, JC Oger...).

Le temps des alliances systématiques avec un Parti socialiste dont on n’a plus rien à attendre est révolu.

Notre score de près de 9 % laisse entrevoir des espoirs pour l’avenir. Nous ne sommes pas des professionnels de la politique, nous vivons dans le monde réel car nous sommes enseignants, ouvriers, chômeurs, syndicalistes, militants associatifs et politiques.

Nous poursuivrons donc la lutte avec vous en ce premier mai et vous donnons rendez-vous sur les marchés, dans vos associations, sur votre lieu de travail, mais aussi aux prochaines échéances électorales...

Nous vous invitons à participer à l’animation du local que nous venons de louer au 303 route de Paris à Amiens (voir l’article au dos). Nous souhaitons en faire avec vous un lieu de réflexion collectif qui permettra de prolonger la dynamique créée lors de la campagne des municipales

ALORS REJOIGNEZ-NOUS POUR RENDRE POSSIBLE UNE VRAIE ALTERNATIVE POLITIQUE À AMIENS.

C. MAISSE, rédacteur en chef

_________________________________________________________________________

VENEZ AU

303

ROUTE DE PARIS

À AMIENS

 

Notre avons la volonté, avec la location de ce local route de Paris, de favoriser la structuration et l’expression d’un collectif. Il s’agit de souder un groupe autour d’initiatives politiques partant des adhérents ou sympathisants du front de gauche eux-mêmes.

Le but est de permettre à chacun de s’exprimer. Chacun doit être dans la capacité d’apporter son point de vue et de militer en raison de son implication et de ses choix. La multiplicité des voix est une richesse. Chacun doit pouvoir donner son point de vue et pouvoir agir en fonction de ses disponibilités et des thèmes qui lui sont chers.

Pour atteindre cet objectif global :

1) Le Front de gauche doit s’ouvrir le plus largement possible sur la société et plus modestement sur la population de notre ville. Il faut rendre concrète l’idée de permanences régulières au sein d’un local clairement identifié. Aucun parti ne le fait en dehors des périodes de campagnes électorales. Le Front de gauche, lors de ses permanences, s’exprimera en tant que tel auprès de ceux qui viendront à sa rencontre.

L’objectif est de faire du local un lieu de vie et de partage. Ce n’est pas évident à mettre en place car il faut trouver des volontaires prêts à donner assez régulièrement de leur temps. Le local ne doit pas se limiter à être juste un espace de réunion interne.

2) Nous avons le devoir d’informer la population par la publication de tracts, journaux ou affiches à propos de certains projets (exemples : gestion des transports, traité transatlantique...) puis dans un deuxième temps de permettre à la population de concevoir un projet alternatif.

3) Il s’agit de se doter collectivement d’un outillage intellectuel pour traduire en mots nos révoltes. Cela doit permettre aussi de déterminer des objectifs de lutte. Nous sommes parfois dans le brouillard parce que nous subissons de plein fouet l’impact quotidien du « bourrage de crâne » de l’idéologie dominante.

L’objectif est donc bien de permettre à chacun de s’exprimer et de participer à la détermination d’objectifs de lutte de façon collective.

4) Nous voulons travailler avec toute association ou organisation partageant nos idées. Nous obtiendrons des succès en nous investissant dans la construction de l’unité. Nous devons être en mesure d’être utiles à ceux qui n’appartiennent pas au Front de gauche mais qui contribuent à la prise de conscience des injustices et qui permettent à nos idées d’émerger même si cela n’est pas perceptible immédiatement.

5) Le local doit servir à développer l’éducation populaire. Nous pouvons y organiser des débats, des projections de films, des échanges de critiques, des partages d’analyse... Plus ce lieu sera partagé plus il sera riche...

Le Front de gauche ne peut se renforcer et avoir de meilleurs résultats électoraux qu’en existant au quotidien. Il ne peut pas fonctionner sur le même mode que les autres partis en ne s’exprimant seulement que pendant les campagnes électorales. Il doit au contraire valoriser et guider les énergies populaires qui restent inexploitées aujourd’hui. On donne à l’échelle locale toute sa place. Et une telle organisation qui a pour objectif de changer la société doit servir d’exemple par son fonctionnement même. Cela passe par un échange constant entre le national et le local à tout moment.

Tout le monde n’est pas toujours d’accord. Ce qui compte c’est d’avoir des projets communs qui offrent des perspectives. Il n’y a que comme cela que l’on soude un collectif malgré tout ce qui peut nous séparer.

Tout le monde veut un renforcement du Front de gauche pour construire une société plus juste.

 

PROPOSITION D’ADHÉSION : JE REJOINS L’ASSOCIATION L’AUBE NOUVELLE

NOM : _______________________

PRÉNOM : ______________________

ADRESSE : ___________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________________

TÉLÉPHONE : ________________________________________________________

COTISATION : 5 EUROS

BULLETIN D’ADHÉSION À RENVOYER À CÉDRIC MAISSE 20 RUE DE VIGAN 80090 AMIENS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article