Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Thierry Bonté nous copie tandis que le Courrier Picard recopie sur Thierry Bonté

13 Mars 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

Thierry Bonté annonce ce jour dans le Courrier Picard qu'il est prêt à rembourser les premiers m3 d'eau. Cela correspond à un proposition essentielle de notre programme. Le PS sent qu'il doit être en phase avec l'opinion. Il doit nous suivre. Alors pourquoi Benoît Delespierre n'exerce-t-il pas son esprit critique ? En effet, il met dans son article entre parenthèses que « ce n'est pas là une réponse à Cédric Maisse qui le demande depuis des années ». Qu'est-ce qu'il en sait ? J'ai toujours imaginé qu'un journaliste devait avoir de l'audace. Benoît Delespierre connaît bien la politique locale. Il sait donc que Thierry Bonté fait partie de ceux qui ont augmenté chaque année depuis 2009 les tarifs de l'eau. Il pouvait glisser cette question :

« - Mais cette proposition de dernière minute, n'est-elle pas en contradiction avec votre politique de constantes hausses des prix ? »

Non, surtout pas. Il ne faut pas se fâcher : Benoît Delespierre n'aime pas ceux qui ont de l'audace... La parenthèse citée ci-dessus est une retranscription d'une précision de Thierry Bonté à mon propos. Et il se contente de la noter, mécaniquement.

C'est inintéressant. C'est un article aussi lisse que la personnalité de Thierry Bonté. Cela doit être un tropisme de journalisme local...

Le candidat Th. Bonté est sur le recul sur l'eau, les bus... Et notre liste n'a droit à rien. Nous n'avons pas de page consacrée à notre programme comme le PS ou le FN. Notre liste n'a pas eu droit de publication en entier des noms des personnes qui la composent.

De plus en plus de monde dit que le Courrier Picard fait preuve d'une certaine complaisance avec le candidat Th. Bonté. Pourquoi donc ? Keolis aurait-elle des actionnaires qui participent au capital du Courrier Picard ? Il faudrait un journaliste pour répondre à cette question. Malheureusement, il n'y en a pas...

L'égalité de temps de parole en période électorale n'existe pas puisque les médias se désintéressent de ces élections. Les journalistes ont résolu le problème : pour éviter de donner la parole de manière équitable, on ne la donne pas du tout !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article