Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Tentative de description de la rencontre avec le PS à la suite du premier tour des municipales 2014

24 Mars 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

 

Après la tournée des médias, nous allons à la rencontre des représentants de la liste PS vers 23 heures 30. Ils sont en retard. Quelques heures auparavant Thierry Bonté avait annoncé sur France bleu qu'il allait me rencontrer. Il avait dit cela à 20 mètres de notre local de campagne sans venir me voir, c'est dire l'absurdité du comportement de ce triste personnage. Il préfère la fiction médiatique à la réalité de la rencontre.

Les plénipotentiaires de la liste PS (Thierry Bonté, Pascale Boistard, Didier Cardon, Christophe Porquier, Jacques Goffinon, Jacques Lessard et Philippe Leduncq) s'installent face à nous. J. Lessard arrive en retard pour ne pas avoir à nous serrer la main au contraire de ce qu'ont fait ses colistiers. Avant qu'il n'arrive je dis :

« - On peut commencer sans lui. Sa présence n'est pas utile. Pour mon exclusion du comité de section, il est venu juste voter sans assister aux débats ! »

Thierry Bonté prend la pose de seigneur au-dessus de la mêlée :

« - Cela ne nous concerne pas. »

C'est en partie juste mais il devrait s'intéresser quand même un tant soit peu à ce qui se passe à sa gauche. En fait seul son destin personnel l'intéresse vraiment.

Bref le PS et ses supplétifs n'ont rien lâché du tout. Aucune concession programmatique. Les bus gratuits, c'est impossible. Jacques Lessard remporte la palme du mépris. Selon lui, nous faisons exprès de ne rien comprendre et puis Aubagne, ville communiste, n'est pas dans la même configuration qu'Amiens...

« -De toute façon, votre programme n'est même pas financé, affirme-t-il sentencieusement. »

Mais ne passons pas plus de temps sur ce petit notable à l'esprit étriqué.

Nous demandons l'abandon du tramway pour pouvoir financer d'autres projets : un centre médical public à Amiens nord par exemple. Non, c'est impossible.

Et toujours le même comportement. Ils nous disent ce que l'on doit faire. Pascale Boistard, députée socialiste, a visiblement forcé Thierry Bonté à venir discuter avec nous. Plusieurs fois il a murmuré de manière fort distincte en manipulant son téléphone portable :

« - J'en ai marre, je vais me casser ! »

Qu'il existe un courant politique à la gauche du PS est, pour lui, inconcevable même après notre résultat honorable dans les urnes.

Pascale Boistard a eu l'attitude la plus politique. Elle a cherché des points de convergence. Il y en a bien eu quelques uns mais ils sont restés symboliques. En dehors de ses interventions, nous n'avons eu droit qu'à des leçons ou de l'arrogance exactement comme dans les conseils municipaux. Pour eux, nous ne sommes que des irresponsables inconséquents. Nos idées politiques et nos propositions n'ont aucune valeur. Voilà à quel degré d'inculture politique en est arrivé le PS aujourd'hui.

La fusion de nos deux listes n'a jamais été envisagée. Nous avions annoncé la couleur à la télévision juste avant. En assemblée générale nous avions été unanimes. Le désistement systématique pour le PS au second tour n'est plus automatique. Cela ne peut se faire que d'après la politique réelle pratiquée par ce parti en pleine déliquescence... Or le PS a fait pendant 6 ans une politique d'austérité que la droite ne renierait pas. Comment soutenir ces personnes qui nous considèrent qu'avec condescendance ? Et à travers nous, ce sont nos électeurs qui sont méprisés. Ainsi Philippe Leduncq nous a-t-il lancé :

« - De toute façon, trois quarts de vos électeurs vont voter pour nous au deuxième tour. 

- Dans ce cas, on peut arrêter tout de suite de discuter... Vous parviendrez à vos fins sans nous... »

Nous essayons de nous faire comprendre. Nous signalons à Pascale Boistard que l'électorat à la gauche du PS se radicalise et que beaucoup d'Amiénois nous ont affirmé qu'ils voteraient pour nous à condition que l'on ne compose pas avec son parti...

Nous parions sur le long terme. Ce que nous perdons aujourd'hui, nous le gagnons en restant fidèles à nos convictions politiques.Et il est hors de question que nous donnions à leur liste le crédit que nous avons difficilement obtenu auprès des Amiénois grâce à la publication de l'Aube nouvelle.

Nous avons confiance en nos électeurs. Ils feront ce qu'ils jugent le mieux au deuxième tour dimanche prochain. Il va de soi que nous ne voulons pas la victoire de la droite et que nous souhaitons que le score du FN soit le plus bas possible. Le PS a récolté ce qu'il a semé. Il a tourné le dos aux électeurs de gauche. Il a encouragé les médias à nous censurer et à ce qu'ils donnent la parole au FN pour embarrasser la droite. Et surtout il a pratiqué une politique antisociale à Amiens entre 2008 et 2014 à un point tel que Gilles Demailly n'a pas osé se représenter. Le carburant de l'abstention et du FN, c'est la politique d'austérité du PS aux échelles locale et nationale et la censure que les médias nous infligent. Déjà le silence retombe sur nous et il se fera plus profond du fait que nous perdons le peu d'élus municipaux que nous avions...

Nous continuerons donc notre travail militant dans l'obscurité souterraine. Nous laissons bien volontiers la lumière des spots et les micros des radios aux opportunistes qui sont prêts à tout pour avoir le pouvoir. Pour nous être élus n'est pas une fin en soi. C'est en cela que nous restons fidèles à l'esprit de l'éditorial du premier numéro de l'aube nouvelle de 1921...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Baticle 25/03/2014 21:09

Bonsoir Cédric,

Je tenais simplement à te soutenir dans ta détermination à ne pas choisir entre deux formes de libéralisme outrancier et destructeur.

Bien cordialement

Dragan 25/03/2014 18:33

J'aurai souhaité une alliance pour ce deuxième tour, un PS qui retourne à gauche dans cette bonne ville, qui retrouve l'origine de son nom, la voix de Jaurès.
Au final on est face à un mur qui n'accepte rien d'autre que le fait d'être debout mais pas bien droit, qui ne cherche pas à corriger ses courbures et qui fera une opposition bancal. La gratuité
des bus en quoi n'était ce pas possible? On continuera donc à mettre des amendes et à assombrir l'esprit déjà grisé des pauvres gens.
Je n'irai pas voté pour un mur (je préfère m'y soulagé autrement) et ne ferai donc pas parti des prétendus 75% de Mr l'arrogant prétentieux.
A bon entendeur.

morvan 24/03/2014 17:37

Pris connaissance du c/rendu reunion entre Aube nouvelle et delegation liste Bonte Approuve totalement ce c/tendu et partage entièrement les conséquences politiques qui en decoulent.Heureux d'etre
aux cotés des camarades qui privilégient le programme sur le carrièrisme. PYM.