Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Sur la réaction de J. Lessard au sujet du projet de tramway.

9 Novembre 2013 , Rédigé par Cédric Maisse

La réaction de Jacques Lessard, vice-président aux finances, aux positions du « monde économique » suscite 6 remarques de notre part :

 

  1. - Pourquoi n'est-ce pas Thierry Bonté, vice-président aux transports, qui réagit aux arguments de la CCI ? C'est à lui de défendre un tel projet surtout qu'il est candidat au poste de maire lors des prochaines élections municipales. Pourquoi garde-t-il le silence ? Est-ce parce que ce sujet es devenu embarrassant ?

  2. - J. Lessard avance le fait qu'il y a eu concertation. Rien que d'avoir besoin de le faire démontre qu'il y a un certain malaise. Comme d'habitude, l'équipe dirigeante en place est certaine d'avoir raison : elle annonce ses projets rapidement puis passe à la mise en œuvre en espérant que personne ne réagisse.

  3. - J. Lessard emploie le terme de corridor au sujet du tracé du tramway. C'est un mot inquiétant. Imaginerait-il Amiens traversée par une sorte de tunnel ? Le tramway devrait être perçu comme une artère qui irriguerait l'ensemble de la ville et non comme un moyen d'aller d'un point à un autre sans relation avec les autres moyens de transport.

  4. - J. Lessard se justifie en s'appuyant sur des études et des experts. Pour lui, la politique n'existe pas. Tout doit être décidé en fonction de recherches qui se veulent objectives. J. Lessard est l'incarnation même du technocrate. Le citoyen n'a pas son mot à dire face à une prétendue rationalité scientifique. Aucun débat n'est possible sur de telles bases. La réponse invariable faite à un habitant qui voudra juste faire une proposition de correction sans même contester le projet en lui-même sera : « Pourquoi vous mêlez vous de cela, vous n'y connaissez rien. »

  5. - Le tramway ne fera pas de zigzag ! C'est assez comique de dire cela alors que la ligne prévue fait une grande boucle pour passer par la gare tout en évitant le centre-ville. Le réseau de tramway qui existait à Amiens jusqu'en 1940 était doté de 7 lignes. Toutes se rencontraient place Gambetta. La géographie de la ville a changé depuis mais on ne peut se soustraire à certaines évidences : le centre-ville ne peut être mis de côté. Toutes les villes qui ont un tramway voit celui-ci passer par le centre-ville même quand il est piétonnier.

  6. - « Quand cette première ligne sera en service, nous réfléchirons à la suite. » dit J. Lessard. Voilà ce qui nous inquiète le plus ! Un projet de cet ampleur se mûrit sérieusement et ne doit pas laisser place à la désinvolture. Nous pensons qu'un vrai réseau, digne de ce nom, devrait avoir une ligne est-ouest. La première ligne de tramway construite à Amiens allait de l'extrémité de la chaussée Jules Ferry à la place Gambetta. Ce n'est pas un hasard. Il fallait unir la ville en lui donnant une colonne vertébrale solide. Or Amiens est bien plus étendue d'est en ouest que du nord au sud. En réalité ce projet est conjoncturel. J. Lessard, sous l'autorité de G. Demailly, a financé des travaux d'aménagement de voies dédiées aux bus sur la route d'Abbeville et sur l'axe Barni-Ferry. Il ne fallait pas le faire pour enclencher tout de suite l'édification d'une ligne de tramway. À présent il est trop tard. Comment justifier de nouveaux travaux alors que l'on vient d'en faire à grands frais ? J. Lessard pourrait porter le nom d'Épiméthée, un personnage de la mythologie grecque qui réfléchissait toujours après avoir agi, ce qui le conduisait à subir des déconvenues, qui ne seraient malheureusement pas, dans le cas présent, seulement les siennes mais celles de toute la collectivité...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article