Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Sur la contradiction du Courrier Picard au sujet de la participation du PCF à l'exécutif UMP d'Amiens-Métropole

2 Mai 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

Benoît Delespierre use d'ironie aujourd'hui en parlant « des militants de gauche pure et vertueuse ». Il qualifie ainsi Benjamin Lucas, membre des jeunes socialistes, mais aussi tous ceux qui, comme moi, s'en prennent à la décision des maires de Longueau et Camon de participer à l'exécutif UMP d'Amiens-métropole. On peut donc déduire que Benoît Delespierre préfère une gauche impure et vicieuse qui accepte des compromis inadmissibles. Pour lui, tout est normal. C'est technique. Pourtant il se rend compte qu'avec le changement de loi qui impose une plus grande représentativité au sein des assemblées de syndicats communaux, Amiens-Métropole devient une instance plus politisée même si nous avons tout fait pour qu'elle le soit sous Gilles Demailly. S'il allait au bout de son raisonnement, il devrait donc admettre que le choix des maires communistes a une portée bien plus grande qu'avant !

Nous soutenons la fermeté des huit élus de gauche d'Amiens de refuser de siéger dans les organismes où le FN pourrait être présent. Cela prouve encore que l'assemblée d'Amiens-Métropole est plus politique qu'avant. Nécessairement le journaliste du Courrier Picard doit revoir son jugement à moins que la contradiction ne le gêne pas : on ne peut pas dire que le choix des maires PCF est technique et affirmer en fin d'article que « la politique partisane est bel et bien présente au conseil d'agglomération ».

Quant aux justifications des maires communistes de cogérer avec l'UMP, elles sont d'une affligeante pauvreté politique et intellectuelle. Et elles le sont d'autant plus qu'elles sont bien reçues par le journaliste du Courrier Picard.

Premier argument de Jean-Claude Renaux et Colette Finet : « Moi, je défends les intérêts de ma commune. » Ils ne raisonnent pas en termes politiques. Ils ne défendent pas les salariés, les chômeurs et plus largement les victimes du système capitaliste mais leur commune ! En Italie on appelle cela du campanilisme. On défend sa ville sans tenir compte des oppositions d'intérêts qui existent à l'intérieur de la cité. Ils sont devenus des notables et leur parti n'a qu'à se taire et les suivre !

Deuxième argument : « Les habitants comprennent très bien mon choix ». Ils veulent faire croire qu'il y a une unanimité qui les soutient. C'est leur fief. N'allez pas mettre votre nez dans leur territoire ! Ils oublient que leur choix concerne l'ensemble d'Amiens-Métropole. Ils vont gérer avec la droite TOUTE la collectivité. Et ils vont le faire en notre nom aussi puisqu'ils sont étiquetés à gauche ! Comment construire une opposition de gauche à Amiens si elle est sapée par la participation de Camon et Longueau à l'exécutif de droite à Amiens-Métropole ?

 

Enfin la justification de Colette Finet entendue hier sur la manifestation du premier mai manque encore plus de sens politique. Elle prétend qu'elle s'est fait élire vice-présidente pour barrer la route à son rival Régis Richard. Ne peut-elle pas comprendre qu'elle aurait dû le laisser y aller pour dénoncer justement la gestion droitière à laquelle il aurait nécessairement participé ? Là c'est elle qui va endosser le mauvais rôle et qui va lui donner des arguments de contestation ! Et puis ce n'est pas en utilisant une rivalité personnelle que l'on justifie un choix politique qui contribue à la perte de repère de l'électorat en mêlant dans une même instance de direction la gauche et la droite...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Richard 03/05/2014 19:29

Suite à votre commentaire concernant la participation de Colette Finet, je suis d'accord avec votre analyse, j'ai fait une déclaration dans le même sens au dernier conseil municipale, en signalant
que nous étions administré par la droite à Longueau puisque Colette Finet est vice présidente, sans compter que son premier adjoint issu du NPA à voté lui aussi avec la droite. Sans parler du
dernier conseil métropolitain ou sans l'intervention de Thierry Bonté, Colette Finet siégerait avec le FN dans différentes commissions, à aucun moment ni elle ou ses colistiers sont intervenus
comme l'a fait Thierry Bonté.

Cédric Maisse 03/05/2014 20:29



Est-ce que l'on peut avoir cette déclaration ? Il est intéressant de savoir ce qu'en pensent les électeurs de Longueau et une parie de leurs représentants.