Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Pour une plaque en mémoire d'Hector Loubota (question orale au CAM du 30-05-13)

9 Juin 2013 , Rédigé par Cédric Maisse

 
Monsieur le Président,
Voilà plus de onze ans maintenant, le 22 février 2002, le jeune Hector Loubota mourait sur le chantier d’insertion de la Citadelle d’Amiens. Comme l’a prouvé l’instruction, autant les responsabilités individuelles sont difficiles à démêler, autant la responsabilité de notre collectivité est manifeste.
Selon l’expert judiciaire René Saissi, le «maître d’œuvre», la collectivité, avant tous travaux, «aurait dû établir un état de l’existant (fissuration, déformation, résistance, stabilité du sol)». Ces sondages «auraient dû mettre en exergue:
-  des risques d’éboulement de terrain ;
- des risques d’effondrement d’ouvrage»
Or, «aucun document écrit en ce sens n’est disponible». Il fait alors la liste des lacunes, ou plutôt des béances : « aucun filet de protection», «aucun suivi régulier», «aucune analyse préalable», « aucune mesure de prévention», «aucune sécurité collective», «aucune précision sur le nom des personnes chargées de la sécurité».
En onze ans, pourtant, Amiens-Métropole, maitre d’œuvre sur la citadelle, ne s’est jamais tournée vers la famille, pour un geste amical, ou pour une reconnaissance de ses erreurs. Jamais on ne mentionne l’accident.
La famille Loubota et les associations qui vous ont adressé un courrier par l’intermédiaire du journaliste F. Ruffin, vous demandent à travers ma fonction de délégué d’installer une plaque à la Citadelle en l’honneur d’Hector Loubota. Quelques lignes suffiraient «Ici est mort Hector Loubota, 19 ans, travaillant à la réfection de la Citadelle pour la construction de la future Université», cela n’implique aucune culpabilité, ne dénonce ni n’accuse personne.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article