Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Lettre ouverte à Gilles Demailly, maire d'Amiens.

25 Juin 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Le 12 juin 2011, vous avez prononcé des propos à mon égard à l'adresse d'un habitant d'Etouvie qui était venu plusieurs fois pour que je demande un rendez-vous auprès des élus en charge du dossier des compteurs d'eau. En l'occurrence, il s'agissait de vous et madame Colette Finet. Je n'ai jamais eu de réponse aux courriers que je vous ai adressés.

Vos propos étaient les suivants : « Monsieur Maisse m'insulte à longueur de journée, donc je ne reçois plus Monsieur Maisse. »

sens du mot insulter : Proférer des paroles, avoir un comportement (interprétables comme) portant atteinte à la dignité de quelqu'un. Synonymes : offenser, outrager, injurier.

Monsieur le Maire,

vous manquez singulièrement d'humour. De simples caricatures de vous paraissant dans le journal l'Aube nouvelle (car il s'agit sans doute de cela) vous semblent être des insultes, c'est-à-dire des images qui porteraient atteinte à votre dignité. Je rappelle qu'en France, on reconnaît le droit à la caricature et on a droit d'utiliser l'humour pour exprimer des idées. C'est le principe de la liberté d'expression. Et, pour rappel, c'est à l'incarnation de la fonction de maire que l'on s'adresse et non à la personne elle-même (apprenez à faire la différence entre le corps politique et le corps de la personne en tant que simple particulier)

D'autre part, dans la dernière parution de l'Aube nouvelle, il n'y a aucune caricature de votre image politique (dont vous faites la promotion sans vergogne dans le JDA) car, de manière inquiétante, cela ne suscite plus que de l'indifférence chez nos lecteurs.

Ce qui est inquiétant également, c'est que vous dites à qui veut l'entendre que je vous insulte (cela suggère l'utilisation agressive d'injures et, par là, que je n'ai aucun argument rationnel à vous opposer) et que c'est la raison pour laquelle vous ne me recevez plus. Je suis en droit, par conséquent, de vous poser la question suivante :

« - Suis-je encore membre de la majorité municipale ? »

Cette question concerne aussi F. Debeauvais et M.-H. Loew qui signent avec moi les éditoriaux de l'Aube nouvelle. Car, aux propos tenus ci-dessus, s'ajoute le refus de nous inviter à différents séminaires de la majorité et de nous donner accès au local de notre groupe politique.

En outre, je tiens une permanence le vendredi à Etouvie, que dois-je dire aux Amiénois qui viennent me voir ? Que vous avez décidé de ne plus me recevoir ? Que vous avez décidé de mettre de côté toutes les demandes que je pourrais vous adresser en leur nom ?

Je vous prie, Monsieur le Maire, de bien vouloir agréer mes salutations distinguées tout en espérant avoir une réponse claire dans les meilleurs délais.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article