Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Le forcené de l'austérité...

16 Mai 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

Dans le Courrier picard du 15 mai 2014, Jacques Lessard, qui est censé être communiste, proteste contre le rétablissement de la deuxième collecte hebdomadaire des ordures ménagères.

Cela va à l'encontre du développement durable selon lui. Évidemment il ne se pose déjà pas la question de ce qu'est le développement durable. N'est-ce pas un alibi écologique pour mieux favoriser la croissance des profits ? N'est-ce pas un moyen de faire de l'argent avec un label écologique ? Non il adopte la définition communément admise : on favorise une croissance qui pourrait créer des emplois tout en respectant la nature. Nous sommes habitués à ce qu'il ne se pose pas de question, il est si convaincu d'avoir toujours raison.

La suppression d'une tournée n'a pas occasionné autant d'économies qu'il le prétend. Les trajets sont plus longs et les équipes d'éboueurs sont contraintes de faire plus d'allers-retours car la capacité de leur camion n'a pas augmenté. Il n'y a donc que peu d'économies faites sur le carburant.

Monsieur Lessard ne tient pas compte des conditions de travail du personnel. Les poubelles sont plus lourdes à transporter. Mais de cela il se moque éperdument.

Le confort des Amiénois est le moindre de ses soucis. Certains d'entre eux, qui vivent dans d'étroites maisons amiénoises, stockent les déchets de toute la semaine chez eux. Cela ne sent pas très bon en fin de semaine surtout quand on mange du poisson ou des fruits de mer. Monsieur Lessard a encore réussi à faire une délégation de service public. Ce sont les usagers qui stockent chez eux, à la place d'Amiens-Métropole, les déchets avant leur traitement ! Les Amiénois devraient lui demander une contribution pour service rendu à la collectivité. Ce serait une demande bien conforme à la mentalité de Jacques Lessard...

Il prétend avoir fait économiser 250 000 € en fonctionnement à Amiens-Métropole. L'austérité est-elle un objectif en soi ? Rendre un service de qualité à la population, n'est-ce pas préférable ? Il répond clairement non. Il ne sait donc toujours pas pourquoi il a perdu les élections municipales. Comment la gauche peut-elle se reconstruire à Amiens avec de tels représentants incapables d'examiner avec un minimum de recul critique leurs actions passées ?

Jacques Lessard a toujours cette obsession que les économies doivent servir à financer d'autres actions. Pour lui, il est évident qu'il faut nécessairement fermer un service pour en créer un nouveau. Où est le progrès dans ce cas ? Si on admet ce discours, aucun développement n'est possible. Il n'a aucune ambition, ni imagination... Ne peut-il vraiment pas percevoir qu'il faut rompre avec la politique de Gilles Demailly pour gagner un peu de crédibilité ? D'ailleurs le PS a déjà effacé les années Demailly lors de la campagne. L'entend-on protester à l'instar de Jacques Lessard ? Non ! Le PS fait preuve de prudence.

Que dire de cette affirmation « 55 à 60 % de la population amiénoise ne sortait son bac à ordures qu'une fois sur deux » ? Donc on ne s'occupe pas des 40 à 45 % qui avaient besoin de deux ramassages par semaine. Qu'ils se débrouillent ! L'essentiel est bien qu'Amiens-Métropole fasse des économies ! Quelle étrange mentalité... En tout cas, elle n'a rien de communiste. On ne laisse pas une bonne partie de la population sur le carreau sous prétexte qu'elle est minoritaire. Monsieur Lessard n'a rien compris à la philosophie des services publics. Avec ce genre d'idées on pourrait laisser à l'abandon les départements de la Creuse ou de la Lozère...

Quant au Grenelle de l'environnement, il n'y a plus que Jacques Lessard pour s'en servir comme référence, surtout que ce Grenelle était un amalgame de bonnes intentions destiné à faire la promotion verte de Nicolas Sarkozy.

Par ailleurs la suppression de la deuxième tournée hebdomadaire a été votée subrepticement au beau milieu du « plan déchet » sans que les élus de l'exécutif en expliquent les enjeux aux délégués de la métropole. Ensuite il a bien fallu venir au-devant des Amiénois et c'est là que le Grenelle de l'environnement a servi de prétexte pour justifier une mesure inefficace qui ne génère en rien de véritables économies...

Jacques Lessard s'est fait discret pendant les six ans de mandat même pendant les élections intermédiaires où il était candidat et ce n'est que lorsqu'il se retrouve dans l'opposition qu'il apparaît, tout cela pour défendre une politique que les Amiénois ont clairement rejetée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article