Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Vague entretien avec un revenant dans la brume

6 Novembre 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

 

Hier soir, je me suis rendu à la conférence de Jacques Darras au sujet de l'avenir de la Picardie. Il y eut là de belles et bonnes réflexions sur l'avenir de notre région et de notre pays. Tout s'était bien passé. Je sors tranquillement et échange avec quelques participants à la sortie de l'espace Dewailly. C'est alors qu'une petite silhouette vient à ma rencontre. Qu'avais-je fait pour être hanté de cette manière ? C'était Gilles Demailly, le maire qu'on avait déjà oublié du temps qu'il était encore aux affaires. Avant même qu'il ne me parle, je lui lance :

« - Je ne parle pas à ceux qui m'infligent des amendes scandaleuses. »

Cela ne le décourage malheureusement pas. Il s'accroche :

« - Mais non, ce n'est pas moi, ce sont les services. Je leur avais dit d'être stricts mais je ne suis pour rien dans cette amende. Mais parlons de choses plus sérieuses.

- Ah bon, parce que 2153 euros, ce n'est pas sérieux ! »

Dans quel monde vivent tous ces élus pour qui un tel montant est négligeable ? Pourquoi Gilles II, notre pâle revenant, m'adresse-t-il encore la parole ? Je soupçonne un brin qu'il éprouve un certain plaisir masochiste à venir s'entretenir avec moi.

Il arrive tout de même à ses fins. On change de sujet. Il me parle confusément de la Picardie et du seul vrai souci qu'il a et qu'il a toujours eu : l'université de Picardie. Il m'accorde un véritable poids politique tout en me prêtant des ambitions démesurées :

« -Ton intervention, tu l'as faite avec des mots que j'utilisais il y a trente ans. Toujours ta mondialisation...

- Tu sais (j'ai du mal à lui dire « tu » mais comme il le fait...) à chaque fois que je vois François Hollande, je te vois encore à l'oeuvre. C'est la même façon de gérer.

Il ne répond pas. Il reste figé sur sa ligne :

« - On aura besoin de défendre ce que l'on a fait. Quand j'ai fait le projet de la citadelle, c'était pour défendre l'université. (là, je triche, je retranscris en plus clair ce qu'il voulait me dire mais on ne va pas y passer des heures).

- La citadelle ? C'est un projet aussi inutile que le barrage de Sivens. Cet argument du prestige de la fac, c'était le seul argument je voulais bien porter à ton crédit mais, les miens, tu ne les as jamais pris en compte.

- Oui, mais on ne pouvait pas discuter avec toi, tu allais tout rapporter à la presse. »

J'arrête alors de discuter.

Ce qui est ennuyeux avec les spectres, c'est qu'ils n'ont pas de mémoire et n'écoutent pas ceux qui leur rappellent leur passé. Ils préfèrent vivre dans l'illusion qu'ils sont toujours de ce monde. Évidemment j'avais tout essayé avant d'en arriver à rendre publiques mes interventions auprès de lui. Il ne répondait jamais à mes courriers, évitait de me rencontrer et n'avait que le mot démagogie à la bouche pour qualifier la moindre de mes propositions.

En mars dernier, j'étais bien heureux d'être délivré du cauchemar répétitif dont il me hantait. Hé bien, non, je n'ai pas le droit au repos. Il n'est plus maire mais il réussit encore à me poursuivre de sa mesquine vengeance en léguant une procédure inique à celle qui lui succède et qui lui rend le service inespéré de l'endosser en son nom ! Et, en plus, il a le front de refuser toute responsabilité dans cette amende en la faisant retomber sur les services, tout comme du temps où il exerçait (difficilement) son mandat.

Décidément l'inconsistant Gilles II est une ombre aux crocs plus acérés que l'on ne pourrait le croire. Sa force tient justement à ce flou. Cette brume dont il est sans doute question dans ce passage de la Conspiration de Paul Nizan : « Ils se disaient qu'il fallait changer le monde. Ils ne savaient pas encore comme c'est lourd et mou le monde, comme il ressemble peu à un mur qu'on flanque par terre pour en monter un autre beaucoup plus beau, mais plutôt un amas sans queue ni tête de gélatine, à une espèce de grande méduse avec des organes bien cachés. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article