Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

En vérité, je vous le dis, Brigitte Fouré est parmi nous !

24 Septembre 2012 , Rédigé par Cédric Maisse

fouré02

 

Cet article du Courrier Picard en dit long sur le choix éditorial de sa rédaction. B. Delespierre a fait ici l’œuvre d'un pieux croyant qui vient de rencontrer une sainte. Sainte Brigitte est parmi nous ! Non, non, ce n'est pas une professionnelle de la politique (point 1 : l'entame de l'article censé nous allécher...), c'est une femme parmi les autres, une brebis normale appartenant au troupeau du seigneur. Elle n'appartient pas à cette horde d'élus affamée d'honneurs et de biens matériels. Non, elle est humble et modeste.

Le point 2, c'est la révélation. B. Delespierre a comme modèle la conversion de saint Paul qui partait persécuter les chrétiens de Damas et qui fut aveuglé "un jour qu'il n'avait pas prévu" dans "des circonstances qu'[il] elle n'avait pas vraiment anticipées". Sainte Brigitte découvre sa mission : devenir sainte patronne d'Amiens comme elle l'a été par le passé. Non, le passé, il ne faut pas en parler... pourtant B. Fouré était sur la liste de G. de Robien. Elle a été maire par procuration au service de ce monument de morgue aristocratique qu'était Gilles Ier. Mais, non, encore non, c'est une femme comme les autres...

Le point 3, c'est l'acmé. On voit quasiment les apôtres entourant Jésus pleurant en baisant le bas de son manteau et l'écoutant prononcer des paraboles sur le mont des oliviers. Sainte Brigitte a des larmes qui perlent comme celles de Marie-Madeleine, elle qui fut le premier témoin de la passion et de la résurrection du Christ.

Le point 4, le retour du politique. Le mot "capital" est étrange ici. La réalité, l'économie peut-on dire, reprendrait-elle le dessus ? Quoi, de l'argent, ici ? Rassurez-vous, Sainte Brigitte a accumulé le seul capital qui vaille, le capital tendresse au sein d'une population qui n'attend qu'elle. Comment a-t-elle acquis ce capital ? On ne le sait pas, elle est aimable et gentille sans doute. C'est vraiment une belle investigation cet article !

 

Le Courrier Picard risque de devenir à travers la plume de B. Delespierre un bréviaire destiné à célébrer une liturgie en l'honneur de Saint Brigitte. Chers lecteurs du quotidien régional, il va vous falloir réviser votre catéchisme pour comprendre les articles qui seront consacrés à la nouvelle madone amiénoise.

Quant à l'analyse des propositions et du programme, ne cherchez pas : tout repose sur une révélation digne du mystère de la Trinité.

Sainte Brigitte est là, parmi nous, pour nous sauver !

B. Delespierre devrait lire d'une autre façon les évangiles. Jésus condamnait avec violence les riches et, plus tard, les premiers chrétiens mettaient en commun tous leurs biens, programme bien éloigné de celui de Brigitte Fouré qui a toujours choisi de cacher sous un discours lénifiant, plein de bonnes intentions, une politique favorisant avant tout la recherche du profit et la cession des services publics aux intérêts privés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maurice Chevalier 29/10/2012 12:09

Heureusement, la 2CV de Brigitte va sauver Amiens.

Benoit Delespierre 25/09/2012 22:00

Une prise de position politique ? Et tous les articles que l'on a fait sur toi, c'est quoi alors ?
Pour le reste, je m'interdis d'éreinter quiconque (ce n'est pas ma conception de ma liberté de journaliste).
Je ne suis pas sûr que la droite va revenir aux affaires en 2014 (et ce n'est pas mon sujet).
Le CP soutient surtout l'information de ses lecteurs et se contrefout du résultat des prochaines municipales à Amiens (mais je veux bien intervenir pour que tu rencontres son "actionnariat").
Bien sûr, je respecte "ton droit le plus strict".
Mais pour mieux se comprendre, ce serait bien d'aller un peu plus loin.
en toute sympathie, donc.
Benoît Delespierre

Cédric Maisse 25/09/2012 22:36



Justement, le Courrier picard, quand il parle de moi, c'est sur le fond, sur des propositions que j'émets. J'ai toujours dit que le CP était le seul média local qui relayait nos idées au
contraire de France bleu et encore moins France 3 où c'est le black-out total.


Cependant, l'article sur B. Fouré m'a hérissé car il veut faire croire aux lecteurs que la déclarartion de candidature à la candidature de B. Fouré n'était pas préparée à l'avance... C'est une
mise en scène habituelle commune à tous les partis : on se fait désirer. Cela faisait déjà chez les anciens Romains : montrer que l'on ne désire pas le pouvoir, que l'on est obligé de l'accepter.
Ah ça tombe bien puisque vous me demandez de me lancer.


Non, cela suffit...


Je ne crois pas que le CP se fout du résultat des municipales. Il y a forcément des enjeux politco-économiques. Je ne sais pas lesquels précisément. C'est sûr que la communication de G. Demailly
a mis les journalistes du CP à la diète au contraire de Gilles de Robien. A un moment donné, j'ai rempli un vide médiatique mais je pense que c'est fini. Les choses sérieuses commencent... Et il
n'y a pas vraiment de place pour moi dans ce monde politique ennuyeux, conformiste et imbu de lui-même. Je m'efforce d'être stoîque, de suivre ma voie en dehors de toute autre considération.


Pour revenir à l'article, en tant que lecteur, j'aurais voulu savoir les vraies raisons de sa candidature à la candidature, ses propositions, etc... mais souvent cela reste au niveau de la
promenade en 2 CV, malheureusement...



Benoît Delespierre 25/09/2012 18:41

ma réponse :

Mon cher Cédric,
Alors là, je suis pantois !
Tu n'as rien compris à la liberté de la presse (et à la liberté d'un journaliste au sein d'une rédaction) mais je ne t'en veux pas.
En revanche, ta dialectique matérialiste appliquée aux relations supposées d'un journaliste et d'une femme politique sur fond de glose religieuse est un monument que je garderai à vie dans mon
panthéon personnel (si tu me permets d'emprunter ce terme à la mythologie païenne).

A présent, je voudrais te demander deux services :
1) Pourrais-tu m'offrir ton texte encadré et dédicacé ?
2) Puisque nous aussi, nous connaissons bien à présent, pourrais-tu me réserver la primeur de l'annonce de ta position (ta candidature?) pour les municipales (dont je ne doute pas qu'elle sera
utile au débat local), afin que j'en fasse également une annonce à ma façon (mais dans le cadre des règles qui sont les nôtres).

Pour le reste, sois assuré, que les articles que nous ferons encore sur toi et ton ton action, seront -comme ceux que nous faisons sur les autres acteurs de la vie locale- d'abord guidés par le
souci d'informer honnêtement nos lecteurs. Et non par ton poids réel sur l'échiquier local, ni ton grand art de te fâcher avec tout le monde, y compris avec ceux qui apprécient tes qualités.

Quant à moi, puisque -c'est vrai- j'ai ma part de subjectivité, je serai toujours sensible (et même admiratif, je ne te le cache pas) à la force que tu mets pour défendre tes convictions, y compris
lorsque tu te trompes totalement.

Avec ma sympathie intacte, donc.

Benoît Delespierre
Journaliste au Courrier picard

Cédric Maisse 25/09/2012 19:01



Salut,
en quoi ai-je attaqué la liberté de la presse ? tu écris ce que tu veux. Et c'est bien. Pourquoi dire que je la conteste quand je fais une critique de fond ? J'ai bien le droit de m'exprimer à
propos de ton article, non ?
Et puis ce que j'ai trouvé insupportable dans l'article c'est la prise de position complètement subjective alors que le CP prétend toujours être indépendant !
Me dire que je n'ai rien compris, c'est un argument à la Wadlow, Bonté, Demailly : il y a ceux qui savent et ceux qui doivent écouter dont je suis bien évidemment.
Et pus la religion, je sais qu'elle sert de fond idéologique à B. fouré et à la droite centriste dite modérée...
Quant à me fâcher, ce n'est pas grave. Je sais que tu n'hésiteras pas à m'éreinter quand la droite sera revenue aux affaires en 2014 comme cela s'annonce (avec le soutien du CP, je le maintiens,
il n'y a qu'à étudier l'actionnariat du journal pour le comprendre...)
Il y a d'un côté la sympathie et de l'autre la politique... Or cet article est une prise de position politique et tant que telle je la conteste, c'est mon droit le plus strict
en toute sympathie
CM