Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Compte-rendu du conseil d'Amiens-Métropole du 26 septembre 2013.

1 Octobre 2013 , Rédigé par Cédric Maisse

Décisions du président : Les handicapés passent à la caisse

Les décisions prises par Gilles Demailly pendant l'été étaient présentées au Conseil pour information. Parmi celles-ci figurait tout d'abord une augmentation du tarif des transports adaptés d'Amiens métropole (TAAM), de 2,2% (indice du panier du maire).

La municipalité a également remis en cause la gratuité des piscines pour les groupes handicapés, qui devront désormais s'acquitter de 1,60 € par personne au Coliseum, et 1,40 € à Vallerey.

Pour finir, le centre culturel Etoile du sud était touché par une augmentation tarifaire de 12 % en moyenne sur l'ensemble des activités proposées.

Nous avons dénoncé ces mesures antisociales, visant des populations à faibles revenus. Nous avons fait aussi remarquer au président d'Amiens métropole que l'indice du panier du maire était de 2,2% quand l'inflation pour 2012 n'était que de 1,3%, réfutant ainsi l'argument suivant lequel la municipalité ne faisait que suivre l'inflation. Au contraire, elle ajoute de l'inflation à l'inflation.

Il n'y a pas eu concertation avec les intéressés : ainsi, certaines institutions d'accueil de personnes handicapées avaient fait leur agenda sur l'année. Elles ont donc dû retirer toutes les sorties prévues à la piscine quand elles ont appris ce nouveau tarif en plein mois d'août .

D'une manière générale, on constate que la fréquentation des personnes handicapées à la piscine a largement baissé depuis la rentrée. Personne ne gagne rien, la fréquentation baisse, des citoyens sont exclus de la pratique sportive et Amiens-Métropole ne gagne pas plus d'argent.

Cette absurde politique d'austérité se retrouve également à l'échelle nationale : les établissements qui accueillent les handicapés reçoivent moins d'argent de l'État et, à l'échelle locale, on leur impose des augmentations de tarifs ou on leur retire la gratuité... La mâchoire de l'austérité se referme sur les personnes qui ont précisément besoin de la solidarité nationale. Merci G. Demailly (PS) et J. Lessard (vice-président PCF aux finances)

Gilles Demailly a répondu froidement que la somme demandée aux usagers ne représentait qu'une petite part du coût réel et que des services de qualité devaient se payer.

Point 8 - Service santé au travail

Depuis son internalisation, le service Santé au travail recherche toujours, sans succès, deux médecins du travail. Et le médecin coordonnateur a démissionné de ses fonctions. Nous nous sommes donc inquiétés d'une part, du climat qui règne au sein de ce service, et d'autre part du suivi du personnel et de l'avenir de la Santé au travail dans la collectivité. C'est très bien d'internaliser, mais encore faut-il pouvoir suivre derrière.

Point 20 - Contrôle des compte de la CFT : On a (peut-être) perdu quelques bus, et Th. Bonté, le vice-président aux transports.

Le rapport de contrôle des comptes de l'ancien délégataire des bus d'Amiens était soumis au Conseil. Présenté par Jacques Lessard, sans le relief qu'on devrait lui reconnaître, le rapport faisait pourtant état de dysfonctionnement importants.
On y apprenait notamment que :

- des doutes subsistaient quant à la composition du parc : on n'est pas certain du nombre de bus rendus à la collectivité.

- qu'il était difficile de savoir précisément comment se "décomposait" le personnel.

- que la gestion des heures supplémentaires était difficile à comprendre.

- que la vitesse moyenne commerciale était surévaluée.

- l'absentéisme au travail a fortement augmenté.

- les véhicules n'étaient pas suffisamment entretenus.

- 25 000 € de pièces avaient disparues.

- il semblait y avoir une comptabilité étrange entre la CFT et sa maison mère.

Nous avons qualifié ce rapport d'apocalyptique. Il y a des phrases si durs que l'on n'oserait pas les mettre dans notre journal « L'aube nouvelle ».

Nous avons encore demandé une gratuité des bus, puisque le rapport évaluait le pourcentage d'accès gratuits aux transports à 40 %, et que leur gestion prenait l'essentiel du temps de travail des agents commerciaux.

Nous avons aussi dénoncé des lacunes propres au système des délégations de service public : le future délégataire fait miroiter une excellente qualité de service pour un coût réduit (ainsi, la CFT promettait une hausse de fréquentation comprise entre 10 et 17 %, des navettes fluviales conformément au programme de 2008) afin de gagner le marché. Mais une fois le marché obtenu, les promesses sont oubliées et elles essaient au contraire de faire le plus de rentabilité possible au détriment de la qualité due aux usagers.

Fait exceptionnel, Gilles Demailly en a convenu, et Jacques Lessard a admis que la collectivité ne savait pas suivre correctement les délégations de service public. Le professeur Demailly m'a toutefois longuement interrompu pour me rappeler que j'étais dans une enceinte publique, et que je devais faire attention à ce que je disais tout cela parce que j'osais me demander si la direction de la CFT Amiens n'était pas repartie en Espagne avec les bus manquants.

Le Vice-président aux transports collectifs, Thierry Bonté, est resté en retrait au cours de cette délibération.

Pour mémoire, les élus du groupe Communistes en action avaient été les seuls à voter contre cette délégation de service public, et ont toujours demandé une gestion publique : soit en régie directe, soit en société d'économie mixte.

Point 49 - Musée de Picardie - Travaux de rénovation.

Nous avons soulevé un énième problème de concertation entre la mairie et ses administrés : la société des antiquaires s'inquiétait du projet initial de l'ouverture de la façade qui risquait de dénaturer le bâtiment, pourtant classée monument historique. Nous avons demandé des précisions sur ce point, ainsi que sur le projet d'aménagement des grilles, pourtant classées aux monuments historiques par cette même majorité.

A. David, vice-président à la culture, n'a pas fait de réponse précise : tout est négociation...

Abstention de Cédric Maisse et de Maria-Helena Loew

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article