Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Compte-rendu de la réunion de l'Aube nouvelle du 11 juin 2014

17 Juin 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

 Débat sur les élections européennes et municipales.

Introduction de Cédric : Le faible résultat du Front de gauche aux élections européennes doit nous inciter à en analyser ensemble les causes. Cela vient d'abord d'un discours peu audible du candidat tête de liste Jacky Hénin. C'était un discours euro-constructif et productiviste auquel peu de monde croyait. L'équipe de l'Aube nouvelle avait proposé de faire une campagne sur Amiens avec un meeting, la distribution de 40 000 tracts locaux et du porte-à-porte. Nous étions allés voir Jacky Hénin à Montdidier le 20 avril dernier. Il n'a jamais daigné nous répondre. Il lui a manqué, paraît-il, que peu de voix pour être réélu. S'il s'est conduit ainsi dans toute sa circonscription, il n'est pas étonnant que la réussite n'ait pas été au rendez-vous. En tout cas, on peut imaginer que l'Aube nouvelle demande à ce que se tienne une assemblée citoyenne et pas seulement la traditionnelle réunion des 3 composantes du Front de gauche : le PCF, le PG et Ensemble.

D'autre part, la gauche amiénoise commence à vouloir se refaire une virginité. Elle a initié une pétition pour défendre la gratuité des activités périscolaires. Elle espère profiter du retour du balancier à gauche. J'en ai fait une critique sur mon blog mais cette posture ne peut pas durer.

En tout cas il devient absolument nécessaire qu'il y ait une assemblée citoyenne du Front de gauche pour parler de tout cela. Tout ne peut pas être cantonné à des discussions entre ses 3 composantes : PCF, PG et Ensemble. 

Jean-Michel : j'alerte depuis longtemps au sujet de la réforme des rythmes scolaires. Il faut maintenir le principe de la gratuité de l'école. Il y a aussi la montée programmée des effectifs d'élèves par classe.

Fabienne  : Le vote FN aux dernière élections n'est pas vraiment un vote d'adhésion. Le FN n'a pas fait de campagne à Amiens ni aux municipales, ni aux européennes.

Il faut entraîner les gens sur ce qui est nécessaire : éducation, santé, logement et emploi.

Alain : le Front de gauche ne s'est pas dégagé de ses ambiguïtés. Il n'a pas défini clairement ses positions par rapport au souverainisme, à la sortie de l'euro. Nous ne sommes pas capables, même au PG, d'avoir une ligne claire.

Philippe : le nouveau découpage régional ne respecte ni l'histoire, ni la langue, ni la géographie. Il faudrait de nouveaux états généraux pour redéfinir la France selon des critères physiques et politiques. Il faut respecter notre histoire qui s'est distinguée par des moments forts : 1789, 1936, 1968... Aujourd'hui la république est remise en cause par un découpage laissant la place à des mégapoles (fin des communes) et des mégarégions. Il faut une nouvelle république qui respecte les principes de notre démocratie.

René  : Le gouvernement met la France à la merci des lobbies financiers. Il s'agit de faire payer le peuple. Le FN était contre l'Europe mais il n'a pas donné d'explication. Il est dans une dynamique de croissance. L'UMP et le PS deviennent synonymes de scandales. Le PCF n'existe pas. Marine Le Pen colle à la réalité. Pour contrer l'influence du FN, il faut aller dans les quartiers.

Patrick  : On ne risque pas d'être confondus avec la gauche municipale car nous allons faire signer une pétiton qu'ils ne risquent pas d'envisager : celle d'obtenir un centre de santé public pour Amiens nord.

Le PS n'est pas inconscient, il sait ce qu'il fait. Il est en accord sur le fond avec la droite ici comme ailleurs en Europe. Il veut favoriser une politique néo-libérale.

Ce qui compte ce sont surtout les compétences dans le redécoupage territorial. Le but est de créer 13 métropoles pour 2015. Lyon devrait ainsi se substituer au département 69 mais le PS a peur de perdre son influence électorale même s'il peut la récupérer par le jeu de balancier ensuite.

Jean-Philippe  : Les élections européennes ont montré l'écroulement du PS. Seulement la droite n'en profite pas. Elle reste en basses eaux. Le Front de gauche a un résultat médiocre au regard de ce qu'il pouvait espérer. Surtout que le NPA qui faisait 5 % aux élections précédentes n'est plus là. Le FN à 25 %, et non le Front de gauche, apparait comme le parti d'opposition à la gouvernance de droite libérale du PS et de l'UMP. Les raisons en sont nombreuses, dont : 1/ l'émiettement du Front de gauche (PCF, PG et Ensemble qui est lui-même un rassemblement de courants différents) tandis que le FN forme, lui, un bloc ; 2/ l'alliance du PCF avec le PS au premier tour des élections municipales, qui discrédite un Front de gauche se trouvant assimilé au système par les électeurs ; 3/ un discours qui apparaît un peu ancien et qui n'est pas assez proche des préoccupations des gens.

Frédéric  : Il faut être cohérent à toutes les échelles. De plus le redécoupage territorial va entraîner un éloignement des élus.  

Ensuite la réunion porta sur le premier bilan des permanences au 303 route de Paris. Nous avons défini l'axe des articles du prochian numéro de l'Aube nouvelle qui devrait sortir en septembre prochain et la stratégie de vente à suivre. Ila enfin été question de l'organisation de notre fête annuelle le 22 juin prochain.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article