Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Communiqué au sujet de la grève des salariés de la CFT qui gère le réseau de bus d'Amiens-Métropole.

2 Novembre 2010 , Rédigé par Cédric Maisse

 Les élus communistes F. Debeauvais, M.-H. Loew et C. Maisse, soutiennent le mouvement de grève des personnels de la CFT pour les raisons suivantes :

  • - Les conditions de travail se sont encore dégradées depuis le mouvement de juin dernier. Les radios tombent en panne. Les plannings ne sont plus préparés depuis le licenciement des 2 cadres qui en étaient chargés en juin dernier.

  • - Les bus sont dans un état de plus en plus déplorable. Or ces véhicules sont neufs et ce sont les contribuables qui les ont payés. La CFT veut-elle faire de l'argent en économisant sur le poste de l'entretien du matériel roulant ? DSCN0863.jpg

  • - La direction de la CFT ne veut pas respecter les accords qui ont mis au conflit en juin dernier. Quand les salariés décident d'exercer leur droit de retrait, aucun membre de la direction n'est présent pour le constater. Où sont les dirigeants ? Ne cherchent-ils pas à éviter d'assumer leurs responsabilités ? Ne pratiquent-ils pas la politique du pire pour pouvoir quitter Amiens en faisant croire que c'est à cause d'un conflit social ?

  • - Nous rappelons que le 15 décembre 2008, nous avons été les seuls à voter contre cette délégation de service public qui mettait fin à la société d'économie mixte et donc, à tout contrôle public sur la gestion des transports. Cela a abouti à une dégradation du service que la collectivité doit aux usagers. DSCN0874.jpg

  • - Nous demandons à Gilles Demailly, président d'Amiens-Métropole, de revenir à une gestion des transports en société d'économie mixte ou de constituer un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) pour avoir une politique de transports collectifs rationnelle.

  • - Nous exigeons une nouvelle fois que Gilles Demailly réunisse la commission de contrôle des comptes comme nous le lui avons demandé le 15 juin 2010 par voie de presse (voir Courrier picard du même jour), demande à laquelle il n'a pas fait suite, afin que toute la lumière soit faite sur la capacité financière de la CFT à assumer la mission de service public qui lui a été confiée. Si ce n'est pas le cas, le contrat peut être rompu sans que l'argent des contribuables soit utilisé pour payer des indemnités à une entreprise qui semble pratiquer la politique du pire. A l'issue du conflit des parkings souterrains, la SAGS avait touché 120 437 euros (délibération du 24 septembre 2009) pour quitter Amiens. La CFT veut-elle imiter la SAGS et partir, elle aussi, avec une prime payée par le contribuable ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article