Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Ceci n'est pas un compte-rendu d'un comité de section PCF d'Amiens

12 Avril 2013 , Rédigé par Cédric Maisse

Ceci est un récit de science fiction, donc  toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. Il s'agit d'un carnet de bord tenu par un voyageur perdu sur une planète rouge qui aime le rose...

 

Cela faisait des années que notre pauvre voyageur intersidéral errait dans le vide, agité par des tempêtes magnétiques et des brouillards de poussière d'étoiles. Son vaisseau spatial était mal en point. Enfin, il atterrissait une deuxième fois, avec courage et longanimité, sur la planète rouge, la 18ème du système Dehem. Elle avait pour particularité principale de rétrécir tout le temps, à vue d’œil !

À peine avait-il débarqué que les étranges habitants de cette planète lui firent des reproches :

« - Tu racontes tout de tes voyages aux autres. Nous ne voulons pas que les habitants des autres planètes sachent ce que nous disons ou faisons ! »

Le plus redoutable d'entre eux, toujours un peu furieux, lui lança :

« - Oui, oui, il faut de la discipline, s'il y a des sanctions à prendre, les plus dures soient-elles, je suis prêt à les soutenir pour leur plus stricte application ! Il en va de la démocratie ! »

Il avait un fusil laser dans les mains qu'il agitait sans arrêt sous le nez de notre voyageur qui ne comprenait rien. Il était au bord des larmes, fatigué par son voyage intergalactique. Il essaya de se justifier :

« - N'ai-je pas entendu qu'il y a quelques années vous faisiez coup d'État sur coup d'État en faisant justement venir des personnes étrangères à votre planète pour garder le pouvoir que vous avez sur un petit astre qui n'intéresse plus grand monde ? »

Un jeune habitant prit alors la parole :

« - Cela ne me concerne pas, je n'habitais pas ici en ce temps-là. Tout va mieux maintenant, on respecte les règles. Et puis je ne veux surtout pas me retrouver dans un récit de quelque nature que ce soit... »

Notre voyageur, sceptique, n'y croyait pas. Il avait appris que, deux mois auparavant, ils avaient refusé le retour d'un de leurs grands anciens car ils craignaient que celui-ci veuille reprendre un peu de leur pouvoir. Sur la planète rouge, on n'aime pas le partage même si on en fait un argument d'attrait touristique.

Après ce début laborieux, polémique et inutile, la question porta sur les élections prochaines. Hé oui, tout le système doit choisir ses chefs l'an prochain. À la droite de l'unique soleil, la planète bleue se sent forte et veut battre ceux de la planète rose qui passent leur temps à faire pire que ceux de la planète bleue tout en prétendant qu'ils sont à gauche du soleil pour affirmer leur différence. C'est ardu comme un manuel de physique quantique, du coup, beaucoup de gens s'abstiennent de s'y intéresser.

Les chefs de la planète rouge expliquent autour d'eux que tout va bien même si le système solaire entier s'écroule sur lui-même. Oui, ils veulent garder leur titre de chef, avec tous les avantages. Et ils sont un peu vaniteux, en plus.

Mais quelque chose les exaspère. La planète rouge a formé, il y a quelques années, un étrange amas avec de petits satellites. L'un d'entre eux est minuscule mais il a un grand chef, très énervé contre la planète rose en dépit de laquelle il veut sauver le système solaire de son écroulement. Nos amis de la planète rouge refusent de partir dans cette aventure. Ils aimaient bien ce grand râleur mais, là, il va trop loin, c'est leur petit pouvoir qui est en jeu. En effet, il ne faut pas se fâcher avec ceux de la planète rose car ils ont besoin d'eux pour conserver leur sinécure.

Le chef de la planète rouge, qui a un tuyau bizarre dans la bouche et qui passe son temps à démissionner pour que tout le monde vote pour lui ensuite, veut carrément éclater l'amas :

« - Oui, le grand râleur nous doit 600 000 zurox des élections dernières. S'il faut, nous allons quitter l'amas de gauche... De toute façon on met à leur disposition notre planète, nos zurox, nos moyens ! C'est nous qui décidons ! »

Notre candide voyageur manifeste son incompréhension :

«  Mais, monsieur au tuyau bizarre qui fume, vous souteniez encore l'an dernier le grand râleur. Vous ne vouliez entendre aucune critique à son sujet. Maintenant vous l'accusez de dérive financière à vos dépens. »

Le chef se lève, toute colère rentrée, pour agiter la fumée de sa trompe artificielle. Il ne supporte pas ce genre de discours.

Une des sous-chefs, élue qui apprécie ceux de la planète rose, s'irrite :

« - Mais non, le système solaire ne s'écroule pas sur lui-même, j'ai beaucoup travaillé, j'ai ramassé un peu de poussière d'étoiles pour l'alléger. C'est vrai, tout n'est pas parfait mais j'ai travaillé énormément. Si c'est pour entendre cela de notre voyageur, je ne veux plus le voir. Il ne dit que des mensonges. »

Elle s'agite comme si on l'avait gravement outragée. Elle cherche surtout à se persuader que tout va bien : ces poussières ramassées sont SES poussières, personne ne peut les lui retirer. Elle veut surtout pouvoir avoir la possibilité de continuer à les recueillir consciencieusement après les élections.

Notre voyageur en a assez. Il retourne dans son vaisseau déglingué.

Ces chefs de la planète rouge ne veulent rien analyser de leur action qui accroît sans arrêt l'écroulement de tout le système solaire. Ils veulent esquiver la question de leur bilan tout en exposant leurs petits résultats qui n'ont aucune commune mesure avec la catastrophe dont ils se font les complices. De plus leur logiciel de calcul ne va pas plus loin que les prochaines élections... Tout s'organise en fonction d'elles.

Notre voyageur, une fois de plus dépité, redécolle dans la nuit noire, abattu... Reviendra-t-il sur cette planète hostile ? En attendant, il écrit ses aventures extraordinaires dans un registre froid et administratif pour ne pas éveiller les soupçons de ses hôtes de la planète rouge et afin de produire tout de même un témoignage potentiellement utile à ceux qui peuvent le comprendre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article