Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Analyse à chaud de l'émission la voix est libre enregistrée cette après-midi sur France 3 Picardie

7 Mars 2014 , Rédigé par Cédric Maisse

J'arrive le premier en avance. Il faut franchir une barrière vidéosurveillée et un sas. C'est sérieux. On entre dans le ministère officieux de l'information en Picardie. C'est la première fois que j'entre dans ce temple dans lequel les journalistes officient chaque soir. Les couloirs sont impersonnels décorés de façon moderne.

Je suis maquillé, fond de teint et poudre pour ne pas avoir le teint blafard ou dégoulinant à l'image. Le rédacteur en chef nous accueille. C'est charmant. Il faut bien meubler... Je glisse qu'il existe une critique des médias sur Amiens.

« - Une seule (il s'agit de moi) me répond le rédacteur en chef.

- Vous savez, mes textes qui vous critiquent, je les envoie à ACRIMED. C'est dommage, il ne me les passe pas.

- Donnez les moi, je les transmettrai, plaisante-t-il. »

Enfin, passons. Je découvre la présentatrice. Elle existe donc bien en trois D. Incroyable et elle porte des lunettes en plus... Ce sont donc des être humains et pas seulement des marionnettes plates.

Je découvre le plateau. On place les six candidats sous des toasters. Des techniciens règlent la balance des blancs. Cela prend du temps. Chacun se concentre. Je regarde les emplacements de chacun. La présentatrice est au centre, c'est plus pratique pour distribuer la parole. De part et d'autre, juste à côté d'elle, Thierry Bonté et Brigitte Fouré, les candidats dits importants, ceux qui sont adoubés par le système médiatico-politique. Ensuite viennent ceux qui sont censés être des compétiteurs moyens. Je suis donc à côté de Brigitte Fouré. J'avais indiqué que je ne voulais pas être à côté du FN, tant France 3 Picardie avait fait l'amalgame entre notre liste et l'extrême-droite. 

J'en arrive à l'essentiel de ma critique. La présentatrice m'a posé des questions qui étaient destinées à mettre l'interlocuteur en difficulté. C'est arrivé avec d'autres mais avec moi de manière plus systématique. Sur le tarif de l'eau elle a tenté de me mettre en défaut sur le financement des 50 premiers m3 d'eau gratuits. Normal. D'accord. Elle avait fait des calculs et tout...

MAIS pourquoi ne l'a-t-elle pas fait avec Thierry Bonté ? Surtout à propos d'un tramway que l'Etat refuse de financer alors que notre vice-président aux transports avait annoncé partout que ce serait le cas et en période électorale en plus !

Pourquoi ai-je été présenté comme exclu du PCF alors que ce n'est pas le cas ? Pourquoi n'avoir pas tenu compte de ce que j'ai dit en off sur le plateau à ce sujet ? Une exclusion est prononcée par la direction nationale du PCF et non par une instance locale. C'était clairement destiné à dévaloriser ma candidature. Déjà ce n'était pas honnête de ne pas me donner l'occasion de répondre quand France 3 Picardie l'a annoncé le 27 février 2014. Et la chaîne le savait avant que je reçois le recommandé de la section PCF d'Amiens ! C'est une opération du PCF menée conjointement par Thierry Bonté qui a des soutiens dans la rédaction. Je le maintiens...

Sur l'emploi, l'animatrice cherche à valoriser les contrats d'avenir décidés par le PS. Comme si c'était la solution pour réduire le chômage ! Elle voulait nous faire dire que c'était une bonne solution ! Par conséquent on a passé du temps là-dessus au lieu de faire nos propres propositions. Vraiment France 3 Picardie ressemble à une courroie de transmission du pouvoir socialiste.

Espérons que le montage sera vraiment conforme aux conditions du direct comme il a été annoncé par la rédaction.

Thierry Bonté est parti hâtivement sans dire au revoir : il avait l'air mécontent... Ou alors, mais cela m'étonnerait, il était outré d'avoir passé deux heures sur un plateau pour avoir parlé seulement 8 minutes 15 ! C'est absurde. La télé devrait être plus ouverte sur le monde. Elle cherche à tout cadrer et tout régenter. Elle a peur du direct. Elle a peur de filmer un débat public comme elle pourrait facilement le faire. Au lieu de créer des événements sur la place publique, elle enferme des candidats sur un plateau trop lumineux où c'est la polémique qui prime sur la réflexion. La télévision ne montre pas un débat mais des rivalités. Elle pourrait faire la même émission salle Dewailly en présence d'un public. Bref, elle pourrait sortir du cadre et se mettre un peu plus en danger... On s'ennuierait moins...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article