Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Réaction à la conférence de presse de 3 élus communistes et 2 apparentés

29 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Nous tenons à signaler au Courrier Picard que nous n'avons pas été invités à la conférence de presse à laquelle Christophe Berger a assisté. Il est nécessaire après la publication de l'article du samedi 29 janvier 2011 de faire quelques mises au point :

 

1) Les 5 élus présents peuvent-ils parler au nom du groupe communistes et citoyens ? Sur 9 élus que comptent le groupe, il en manque 4. Comme le montre la photo, Patrick Joan, arrivé dans notre groupe en septembre 2010, n'est pas non plus présent. Est-il mis à l'écart, lui aussi ?

 2) Notre mise à l'écart devient malheureusement une habitude que ce soit au niveau de la majorité municipale ou du groupe communistes et citoyens. Nos 5 collègues sont décidément incapables de débattre et de confronter leurs idées à ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils ne sont donc pas si sûrs de la solidité de leurs opinions. Cela dénote aussi un manque d'ouverture...

3) A l'occasion de la campagne des cantonales, une certaine cohésion pouvait s'envisager afin d'être plus efficace sur le terrain. Manifestement Jacques Lessard et Laurent Beuvain sen moquent.

4) Jacques Lessard affirme que « la mairie doit consolider les services publics ». S'il a besoin de le dire avec autant de force, c'est qu'elle ne le fait pas. Il a voté pour la disparition de la SEMTA dans la gestion du réseau amiénois et pour la privatisation du service de transport en commun (confié à la CFT).

5) Il est bien trop tôt pour tirer un bilan positif du passage en autonomie des maisons de retraite qui a eu lieu le 1er janvier 2011. Il faut garder une certaine retenue dans l'autosatisfaction pour rester un minimum crédible.

6) Nous sommes d'accord pour que tout soit fait afin que la restauration scolaire passe en régie directe. Pourquoi ne pas valoriser ce point d'accord afin que l'on travaille tous ensemble à la réalisation de cet objectif ?

 

  Face à cette exclusion officieuse du groupe communistes et citoyens et face à notre mise à l'écart au sein de la majorité municipale, nous demandons au responsable de la cohésion de la majorité, le maire Gilles Demailly, de clarifier la situation en faisant en sorte que Jacques Lessard et Laurent Beuvain trouvent enfin le courage d'assumer leurs actes répétés d'ostracisme en créant leur propre groupe politique.

 

Les conseillers municipaux communistes F. Debeauvais, M.-H. Loew et C. Maisse

 

article29-01-11

Lire la suite

ENNUI MORTEL

29 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Lire la suite

EFFECTIVEMENT II, LE RETOUR.

25 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

EFFECTIVEMENT :

Avec effet. Agir effectivement. (Littré)

 

EFFET :

1) ce qui est fait par un agent quelconque. Point d'effet sans cause.

2) Acte, par opposition à simple parole. (Littré)

 

Moins on agit, moins on prépare même ses interventions officielles et plus on compense en parole d'où la profusion des "effectivement" dans les discours.

Cela explique aussi pourquoi on s'ennuie tant aux conseils de la mairie et de la métropole...

 

 

 

Lire la suite

Un record de Gilles Demailly

23 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Le 16 décembre 2010, le président d'Amiens-Métropole, Gilles Demailly, a prononcé 139 fois le mot "effectivement" en 28 minutes. On pourrait ne pas relever ce tic de langage mais il s'est permis ensuite de me couper une dizaine de fois sous prétexte que j'étais trop long alors que mon intervention ne dépassait pas les 5 minutes... Il devrait préparer ses discours et respecter la parole des autres. Mais c'est, semble-t-il au-dessus de ses forces.

 

Lire la suite

le retour des voiturettes électriques sur la place Gambetta

22 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

En allant en centre-ville aujourd'hui, j'ai découvert avec satisfaction que Pieto + avait repris du service. Cela me conforte dans mon action politique : ne pas se taire et dire quand cela ne va pas. Bien sûr, cela ne plaît pas toujours mais n'oublions pas que nous sommes avant tout au service des Amiénois. voiturettes01.jpgSi jamais le maire voulait supprimer Pieto +, il faudrait qu'il explique ses raisons à la population. Ce genre de comportement suscite la méfiance car on ne sait plus si une situation donnée est du ressort de la nécessité (ici les pannes de batterie, même si cela semble quand même un peu gros comme explication) ou de la décision politique (l'austérité ouvertement revendiquée par le maire)

Lire la suite

article du Courrier Picard du 11 janvier 2011 : sur Pieto +

11 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Les voiturettes électriques Pieto + se font plus discrètes en centre-ville. Sollicitée par nos soins, la SEMTA reconnaît que des problèmes de maintenance perturbent le fonctionnement. Veolia, à qui elle loue les véhicules, est priée de vite y répondre.

 

Tant que la colonne abritant le local de Pieto + est debout, l'espoir d'un retour complet des voiturettes électrique en centre-ville n'est pas vain.

Tant que la colonne abritant le local de Pieto + est debout, l'espoir d'un retour complet

des voiturettes électrique en centre-ville n'est pas vain.

 

Je ne sais pas pourquoi ils ont supprimé ce service. Pour des raisons de difficulté d'accès et de circulation ? Les personnes étaient satisfaites. En peu de temps, on pouvait aller d'un bout à l'autre de la ville. Il m'est arrivé plusieurs fois de les utiliser. S'il y en avait un qui arrivait et que j'étais chargé, je le prenais. En plus il y en avait régulièrement. Les personnes âgées que j'entendais papoter dans les voiturettes étaient très contentes ». Matthieu Caillet, 26 ans, sage-femme, à Amiens, est comme de nombreux utilisateurs (25 000 en 2008) des voiturettes électriques Pieto + des rues piétonnes. Pour lui, ce service n'existe plus.

La société d'économie mixte des transports amiénois (SEMTA), en charge de la gestion de ce service, reconnaît le problème. Serge Raïs, président de la SEMTA, avoue être agacé du laxisme de la société à qui sont louées les voiturettes : Veolia. « Nous leur louons les cinq véhicules, explique-t-il, en 2009 nous avons dépensé près de 10 000€ en maintenance dans le changement de batteries, en 2010 de nouveau 10 000 €. Nous avons changé deux moteurs électriques. Aujourd'hui, deux roulent mais avec une autonomie réduite, 25 kilomètres au lieu de cinquante ».

« Non, ce n'est pas la fin de ce service »

Selon Serge Raïs, les voiturettes sortent encore, peu de temps le matin. « Les batteries sont vite cuites. On n'a pas le temps de les recharger le midi. On a même dû en remorquer jusqu'à la mairie » regrette-t-il. Cela conduit, Cédric Maisse, conseiller municipal de la majorité (PC) à s'inquiéter de la pérennité du service : « Il a été annoncé que la mairie allait faire des économies de personnel ».

Serge Raïs réplique : « Le personnel de Piéto + n'est pas municipal. Ce sont des contrats uniques d'insertion (CUI) à charge de la SEMTA. Deux ont même été renouvelés dernièrement. Ils sont attribués à d'autres tâches. Non, ce n'est pas la fin de ce service et nous demandons à Veolia de nous fournir des véhicules en état de rouler. Nous n'allons pas réparer indéfiniment ! » Serge Raïs note au passage une baisse de la fréquentation de Pieto + , « moins 30 % en 2010 ». Il fait une corrélation avec le retour des bus en centre-ville.

Sans voitures, cette fréquentation risque encore de chuter. Or, leur retour pourrait prendre encore du temps. Veolia doit accorder ses violons avec le fabricant Matra. Une fois ce petit monde d'accord sur les devis et état des lieux, « les travaux pourront être lancés », assurait dernièrement Veolia, dans un mail envoyé au président de la SEMTA.

Pas de délais donc. Ce manque de réactivité laisse à penser que le mastodonte Veolia ne doit pas posséder une flotte de voiturettes dans des dizaines de villes. Cela pourrait lui jouer des tours : au minimum perdre ce marché dont elle semble peu se soucier. Au pire, ne plus être au capital de la SEMTA. Mais au final, de cela, le piéton s'en moque.

DAVID VANDEVOORDE
et notre correspondante GAËLLE MARTIN

 http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-locale/Amiens-et-Metropole/Beaucoup-moins-de-Pieto 

Lire la suite

Communiqué à propos de PIETO +, seul service qui restait de la responsabilité de la SEMTA

9 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Depuis 2 mois, de nombreux Amiénois sont venus à notre rencontre lors de nos permanences ou à d'autres occasions pour s'inquiéter de la disparition des voitures électriques de PIETO +. Ces véhicules rendent service aux personnes qui ont du mal à se déplacer par leur propre moyen dans le centre-ville. Ils permettent à ses usagers de venir faire leurs courses sereinement en ville. Cela contribue à faire vivre et animer le centre-ville.

pieto largeNous avons écrit au maire à ce propos. Il nous a répondu que les batteries avaient souffert du froid. Or la disparition des voiturettes datent d'avant l'épisode climatique exceptionnelle de décembre 2010. Son courrier ne nous rassure pas du tout sur la pérennité de ce service d'une part parce qu'il a été annoncé que la mairie allait faire des économies de personnel d'autre part parce que des adjoints , aux responsabilités conséquentes, comme Th. Bonté ou J. Lessard ont quitté le conseil d'administration de la SEMTA. Nous demandons instamment à ce que des batteries nouvelles soient installées sur les voiturettes afin que leur service reprenne au plus vite.

D'autre part nous demandons à ce que les personnes qui sont en invalidité continuent à pouvoir accéder au tarif réduit dans les bus même quand elles sont mises à la retraite. Ce doit être une mesure générale et non au cas par cas comme il est pratiqué aujourd'hui. Cependant nous doutons que cela se fasse un jour du fait que le service des transports est confié à une entreprise privée dont le but est avant tout de faire des profits... et cette mesure irait contre ses intérêts.

 

Les conseillers municipaux F. Debeauvais, M.-H. Loew et C. Maisse

Lire la suite

Lettre ouverte à Gilles Demailly, maire d'Amiens.

7 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

Qui est la personne qui invite les élus de la majorité au séminaire ? C'est bien le maire qui est le chef de la majorité. Il a bien été désigné par des accords entre les partis de gauche. Donc c'est lui seul qui est le garant de l'union.

Pourquoi ne prend-il pas ses responsabilités ? Pourquoi demande-t-il au président du groupe « communistes et citoyens » d'exposer les raisons de notre ostracisme ?

Par notre présence sur la liste « unis et solidaires » et par notre travail militant, nous avons contribué comme chacun des élus de la majorité à la victoire de la gauche à Amiens. Donc Gilles Demailly doit sa victoire à une équipe dont nous faisons partie. Il fait preuve d'injustice en refusant de nous faire participer aux décisions qui concernent l'ensemble des Amiénois que nous représentons aussi.

Quant au président du groupe « communistes et citoyens », nous lui demandons, à lui et aux élus qu'ils mentionnent, de mettre fin à l'ambiguité de leur positionnement politique : ont-ils créé leur propre groupe politique ? Sinon ils doivent évidemment nous inviter à toutes leurs réunions.

Nous demandons au plus vite une clarification de la situation au maire, au président du groupe « communistes et citoyens » et à tous nos collègues de la majorité.

les conseillers municipaux communistes Fabienne Debeauvais, Maria-Helena Loew et Cédric Maisse

Lire la suite

Encore une fois ostracisés !

6 Janvier 2011 , Rédigé par Cédric Maisse

cp06-01-11jpg

Lire la suite