Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Le logement, parent pauvre des élus amiénois

28 Septembre 2015 , Rédigé par Cédric Maisse

Encore un projet de logements mort-né à Amiens ! L’Ecoquartier de Victorine-Autier ne verra pas le jour alors qu’on manque cruellement de logements à Amiens.

En effet, depuis 25 ans, Mrs de Robien et Demailly ont refusé de s’attaquer à la pénurie de logements à Amiens. Durant cette période, on a construit juste assez pour maintenir la population d’Amiens (135000 habitants), soit 750 à 800 logements nouveaux par an.

Et pourtant, cela perdure ; on continue à donner la priorité aux logements spéculatifs.

Ainsi, sur la période 2012-2014, on a construit à Amiens les 800 logements habituels par an. Mais, l’effort de construction a plutôt porté sur les résidences d’étudiants et de tourisme, et la « construction sur bâtiment existant » terme qui recouvre bon nombre de transformations de maisons amiénoises en chambres ou studios (200 par an). C’est un marché juteux et rentable, au départ, développé pour répondre à la pénurie de logements étudiants. Mais, aujourd’hui, ces petits logements souvent chers servent aussi de refuge aux travailleurs précaires, faute de place en logement social.

De même, les élus favorisent les projets immobiliers neufs dont les coûts sont élevés (3200 à 3300 € le m² en moyenne en 2014), que les propriétaires répercutent sur leurs loyers de location, excluant de ces logements les Amiénois les plus modestes. Ces coûts sont d’ailleurs si élevés que, sur les 27 programmes immobiliers en vente à Amiens en septembre 2014, 3 ont été arrêtés en phase de commercialisation, faute d’acquéreurs potentiels !

Ces prix d’achat élevés, et les loyers dans le locatif privé qui en résultent, sont la conséquence des avantages fiscaux accordés aux acheteurs de logements neufs dans le but de les louer. De M. de Robien à ses successeurs au Ministère du Logement, tous ont favorisé la spéculation sur le logement neuf par de généreux crédits d’impôts sans pour autant régler la crise du logement !

L’ensemble de ces priorités municipales ont fait d’Amiens une ville à l’habitat cher. Il est tant de donner à cette politique une nouvelle orientation.

Cette cherté des loyers font que les demandes de logements sociaux explosent : 8000 dossiers sont en attente dans l’agglomération amiénoise. Or, on construit actuellement moins de 200 logements HLM par an à Amiens, ce qui est insuffisant pour répondre à ces besoins.

De plus, cette pénurie est aussi entretenue par le fait que, sur ces 70000 logements amiénois, près de 9%, soit 6200, sont vacants, auxquels il faut en rajouter 900 dans le reste de la métropole. Ce volume augmente régulièrement au fil des ans.

C'est pourquoi il est urgent de redonner la priorité à la construction de logements sociaux à Amiens et d’intervenir en remettant sur le marché une partie de logements et locaux vacants en en réquisitionnant un certain nombre et en mettant sur pied un système municipal de préemption et de réhabilitation pour remettre sur le marché une partie de ces logements.

Pour l'Aube nouvelle, 

Patrick le Scouëzec

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article