Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Cédric Maisse

Articles récents

Contre l'extension du stationnement résidentiel payant dans les quartiers Saint-Maurice et Saint-Pierre

15 Septembre 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

La délibération proposée ce jeudi 14 septembre au conseil municipal ajoute de l’irrationnel à l’irrationnel. En effet, ce n’est pas parce que les riverains vont payer un macaron qu’il y aura plus de places de stationnement. Tout cela a été dit et affirmé à travers des centaines de signatures s’opposant à la mise en place du stationnement résidentiel payant. La mairie n’en tient pas compte ! 
Au contraire elle fait valoir le fait que l’université va ouvrir à la citadelle, ce qui entraînera l’arrivée de nombreuses autres voitures dans ces quartiers. Dans ce cas pourquoi imposer le stationnement résidentiel payant au quartier Saint-Maurice un an avant celui de Saint-Pierre. Où est la logique ?  Pourquoi traiter de manière différente deux quartiers pour un même problème ? 
La collectivité devrait créer des liens entre les quartiers. Là, c’est le contraire... Déjà qu’elle a tendance à opposer les riverains aux étudiants...
La taxation de l’espace public vient tout simplement de la volonté de remplir les caisses. Elle ne peut pas se justifier tant qu’il n’y aura pas de places en plus et tant qu’il n’y aura pas d’alternatives valables à la voiture individuelle ! 
Sur ces dossiers, la mairie a du retard. Elle a manifesté peu d’intérêt pour le vélo et ne veut absolument pas développer le bus en le rendant gratuit. Elle préfère se lancer dans de grands travaux qu’elle peine à expliquer et justifier...

Lire la suite

Un débat sur un plateau pour Barbara Pompili

15 Juin 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

En début de semaine, nous avons demandé à toute force un débat. En effet, Barbara Pompili avait dépêché sa suppléante à celui organisé par France bleu Picardie. En outre, dans plusieurs départements, nombre de candidats d' « En marche » ne voulait pas se risquer à cet exercice. C'est déjà une victoire que de l'avoir obtenu.

Seulement le thème principal choisi en toute "indépendance" par la rédaction de France 3 Picardie permettait à Barbara Pompili de faire un beau tour de passe-passe. Son objectif était de faire oublier qu'elle était au service de Macron pour revenir à ce qui fait son identité : la couleur verte.

Attention, je ne dis pas qu'il y a eu entente. Ce serait trop visible et maladroit. Il suffit juste d'aller au devant des désirs d'un membre du gouvernement. La neutralité des médias, surtout ceux qui ont le plus d'audience, est un mythe. Il y a un consensus pour critiquer l'ancienne chaîne d'Etat, l'ORTF , mais c'est pour mieux désamorcer les critiques présentes.

Décomposons le débat. Les deux tiers du temps ont été consacrés aux questions d'environnement. Barbara Pompili déroulait son discours en souriant. Elle a dû en faire beaucoup des stages en « media training » à l'américaine ! Par exemple, ce truc de sourire pour donner une belle image et évacuer le stress... Je ne suis évidemment pas sur ce registre. J'étais fatigué. La rédaction de France 3 a procédé de manière à TOUJOURS me faire répondre en premier aux questions. Cela offrait à mon adversaire l'occasion de reprendre à son compte mon discours et de le corriger à sa façon. C'était systématique. Cela allait très vite et, à la fin, j'ai éprouvé une grande lassitude. Impossible de déployer son propre discours. Je me trouvais de plus en plus enfermé.

Imaginons l'inverse. Imaginons que le thème soit par exemple l'éducation dont on n'a trop peu parlé pendant toutes des élections. La journaliste aurait d'abord posé des questions à Barbara Pompili, puis j'aurais pris ensuite la parole. Tout est clair. J'aurais eu un rôle dominant.

J'ai téléphoné le matin précédant le débat à la rédaction de France 3 Picardie pour tenter de le rééquilibrer. Peine perdue. Ils ont choisi en toute indépendance. Quand j'ai affirmé que cela avantageait Madame Pompili, j'ai eu une réponse scandalisée comme quoi je n'avais pas le droit de dire cela... Pourtant, au quotidien, on constate bien que les syndicalistes ont toujours la parole en dernier et très brièvement (et parfois pas dut tout). Lors de grèves, France 3 privilégie toujours les paroles d'usagers en colère, ce qui lui permet de ne pas expliquer les RAISONS de cette grève et de tenter de la rendre impopulaire.

Dans ce terrain miné, j'a tout fait pour exposer nos propositions principales. C'est grâce aux électeurs que nous avons eu ce moment d'exposition exceptionnel. Et il nous faut absolument des députés de la France insoumise afin d'avoir à l'assemblée des relais pour nos luttes futures, notamment contre la casse annoncée du code du travail...

Lire la suite

Lettre ouverte aux journalistes (que faut-il donner comme titre pour être lu ?)

13 Juin 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

je passe du temps à écrire un communiqué. Je vous l'envoie. Rien. Même pas un accusé réception.

Une journaliste m'a même dit qu'elle ne l'avait pas lu, par manque de temps. Un autre me dit qu'il ne l'a pas vu car il est dans le pêle-mêle.

D'autres me disent que je ne suis interrogé que parce que sinon le CSA va râler !

Misère, le CSA les force à faire leur métier...

Pourtant je trouve que l'on traite des points centraux du débat, non ?

En fait on peut faire tous les efforts du monde pour apporter de nouvelles idées, cela ne passe pas.

D'où pourrait bien venir l'abstention massive ? Impossible que les médias aient une part de responsabilité, évidemment.

Se reproduit à mon propos ce qui s'est passé au moment des élections municipales de 2014.

Le silence... Voire le mépris...

Et on réduit toute réflexion à l'immédiat. Rien sur le temps long...

Cela m'attriste que vous en soyez à vous réduire à produire de simples messages publicitaires.

Par exemple, je trouve que les photos de Barbara Pompili dans le Courrier picard ne sont pas assez grandes. Cela manque d'ambition...

Je vais au deuxième tour. Question du journaliste de France 3 Picardie à la préfecture : votre candidature est-elle de témoignage ?

Bref vous avez choisi votre candidat.

Pour simplifier les choses, on devrait présenter les candidats aux journalistes et non aux électeurs.

On pourrait organiser une téléréalité. C'est ça l'avenir...

Cordialement

Cédric Maisse

Lire la suite

Sur les raisons du refus par Barbara Pompili du débat démocratique...

13 Juin 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Que la défiance soit votre compagne inséparable, vous serez à l'abri de tous les maux.
Démosthène ; Les Philippiques - IVe s. av. J.-C.

Il apparaît clairement que le mouvement « En Marche » a adopté une stratégie globale bafouant un principe fondamental de la démocratie. En effet, dans une démocratie représentative, un candidat doit annoncer clairement ses intentions et son programme politique. S'il ne le fait pas, il n'établit aucun contrat avec les électeurs. Il ne s'engage sur rien. Par conséquent, son adversaire doit faire un double travail : exposer les intentions de l'autre (en l'occurrence Barbara Pompili pour la 2ème circonscription de la Somme) et développer son propre programme devant les électeurs.

« En marche », avec ce comportement, encourage l'abstention. Si on parle des perspectives inquiétantes de son programme, Barbara Pompili nous répond, par l'intermédiaire de sa suppléante, qu'on lui fait un procès d'intention. Ou alors, elle se dit pragmatique... La définition donnée par le Larousse à ce mot est la suivante : qui est orienté vers l'action pratique. Comment mettre en œuvre une action sans avoir réfléchi avant ? C'est juste un mot à la mode pour ne pas répondre sur le fond et pour faire croire que l'on connaît la réalité et que l'on s'y adapte. Si l'on connaît vraiment les problèmes (chômage, inégalités...), on ne peut que refuser de s'y adapter ! Il faut trouver des solutions mais Barbara Pompili qualifie cette nécessité de « dogmatisme » . Reprenons notre Larousse...

dogmatisme : Attitude philosophique ou religieuse qui, se fondant sur un dogme, rejette catégoriquement le doute et la critique.

C'est une pratique courante de dépeindre son adversaire à l'image de ce que l'on est réellement. Non seulement Barbara Pompili refuse de dévoiler ses vraies intentions antisociales mais elle les garde aussi secrètes pour justement empêcher les doutes, les questionnements et donc l'exercice de l'esprit critique.

Pour conclure, je ne connais de Barbara Pompili que son parcours politicien. Elle se fait élire en 2012 en se mettant au service de François Hollande en gommant soigneusement son appartenance aux Verts. Ensuite elle quitte les Verts pour rejoindre le gouvernement. Puis elle critique Emmanuel Macron au moment de son départ de ce même gouvernement. Puis elle se rallie à lui car elle pense que c'est la meilleure garantie pour sa réélection. Nous sommes là pour contrecarrer toutes ces manœuvres politiciennes qui intéressent fort peu les Français.

Je n'ai trouvé qu'un mot pour définir Barbara Pompili « CONFORMISME ». Ses tracts ressemblent à des prospectus publicitaires où elle se contente de signifier sa présence. C'est pauvre et totalement dénué de culture et d'imagination.

Nous voulons rompre avec la logique qu'il faut toujours donner plus à une minorité qui se gave toujours plus de richesses au détriment de l'intérêt général et de la nature. Barbara Pompili a tellement intégré cette logique qu'elle n'imagine rien d'autre, pour elle, le monde ne peut pas être différent... Et elle veut tenter de nous faire croire avec la couleur verte de ses tracts qu'elle a conservé un intérêt pour la préservation de l'environnement. Elle écoute surtout les groupes de pression des grands groupes industriels qui hantent les couloirs de l'assemblée nationale. Ainsi, en Guyane, elle a défendu les intérêts des exploitants miniers au détriment de la préservation de la forêt (http://www.lepoint.fr/societe/guyane-tolle-apres-le-soutien-de-barbara-pompili-a-l-activite-miniere-14-10-2016-2075848_23.php). Elle était belle la défense de la biodiversité avec une telle ministre !

Malgré toutes ces explications, nous demandons avec constance un vrai débat démocratique face aux électeurs. Barbara Pompili doit révéler son vrai programme. Cela sera une marque de respect des électeurs et qu'elle ne les considère pas comme des consommateurs sensibles seulement à des messages publicitaires. Elle montrera aussi qu'elle n'est pas qu'un simple produit d'appel pour nous vendre, en douceur, la politique destructrice d'Emmanuel Macron.

Lire la suite

Barbara Pompili a peur du débat

12 Juin 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Ce matin, je me suis rendu place Gambetta pour participer à un débat organisé par France bleu Picardie. Barbara Pompili ne s'est pas présentée. Elle avait envoyé sa suppléante à sa place. Est-ce du mépris ? En ce cas, pourquoi a-t-elle participé par deux fois à des débats en ma présence ? Non, elle me considérait comme beaucoup de gens dans les médias dominants comme un "petit" candidat, une sorte de faire-valoir. C'est un manque de respect manifeste pour un candidat qui est son égal. Elle refuse le jeu démocratique de la confrontation des points de vue et des programmes. 

Au fond, elle ne veut pas assumer le programme destructeur d'Emmanuel Macron. Elle a peur d'être démasquée. Elle préfère comme ses homologues d'"En marche" parier sur le dégoût et la lassitude des électeurs à qui on impose en continu un long message publicitaire martelant :

"- Monsieur Macron est jeune, c'est le renouveau. Il faut lui donner sa chance, il ne faut pas bloquer les institutions..."

C'est d'une pauvreté consternante ! On comprend que Barbara Pompili fuit le débat. elle n'a pas de fond politique. Son seul souci est de percevoir d'où souffle le vent pour tenter de sauver son siège... 

Le 18 juin, sanctionnons l'opportunisme pour enfin pouvoir avancer vers des solutions alternatives à un système qui est à bout !

Lire la suite

Soutien aux salariés de simply market en butte à un plan de licenciement à Amiens et dans toute la France

12 Mai 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Simply Market, anciennement appelée ATAC, est un réseau de supermarchés appartenant au groupe AUCHAN qui va devenir Auchan supermarchés.

Ce réseau est donc en pleine réorganisation avec la convergence des enseignes de différents formats (hypermarché /supermarché / magasin de proximité) vers une marque unique AUCHAN ce qui implique la disparition à terme de l’enseigne SIMPLY MARKET au profit d’AUCHAN SUPERMARCHE.

Et quand deux grands groupes fusionnent, cela se fait toujours sur le dos des salariés. Pour maximiser les profits, les dirigeants suppriment des emplois.

En ce qui concerne Simply Market, il est prévu de supprimer 490 emplois (dont 425 dans le secteur hypermarché) sur toute la France. Le site d'Amiens va perdre au total 44 postes sur le total national. Cela concerne d'abord les services administratifs mais ce n'est que la première étape, la direction pense déjà à la logistique sans épargner non plus les magasins qui seront jugés les moins rentables.

D'autre part, le groupe Auchan va faire de même de son côté. C'est donc près de 800 emplois qui sont en passe d'être supprimés.

Pourtant, Auchan a engrangé des aides publiques considérables : 14 millions d’euros grâce à la loi Fillon, 67 millions d’euros venant du CICE, et 65 millions en 2015. Cette entreprise bénéficie de l’argent public non pas pour investir dans l’outil de travail et pour faire des embauches, mais, au contraire, pour détruire des emplois et augmenter ses profits immédiats.

Amiens entre dans la spirale du déclin. La fermeture de Goodyear, Whirpool, Automotive, les licenciements chez Simply Market et la disparition de services de l'Etat, Amiens n'étant plus capitale régionale, vont affaiblir durablement l'économie de notre ville. Et que disent E. Macron et ses candidats ? Pour eux il faut encore plus de liberté pour les chefs d'entreprise !

Pour éviter toute résistance de la part des salariés, on leur fait miroiter des postes imaginaires pour lesquels ils devraient s'entre-déchirer ! Ce procédé odieux est tout simplement destiné à empêcher la naissance de toute solidarité au sein des employés.

Nous encourageons et soutenons toute initiative de la part des salariés qui veulent combattre ce mal nommé « plan de sauvegarde de l'emploi » : contre-expertise, pétitions, manifestations et grève si nécessaires.

Le travail doit servir les besoins de la société et non les appétits insatiables de la famille Mulliez qui fait tout pour ne pas payer ses impôts en France.

Lire la suite

Soutien aux salariés en grève d'Automotive à Amiens

11 Mai 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Ce matin, nous sommes allés soutenir les salariés d'automotive en grève depuis hier. Ils ont appris brusquement la liquidation de l'usine pour le mois de juillet. Ils ne savent rien du tout. Que vont devenir les emplois supprimés : est-ce une délocalisation comme pour Whirlpool ou Goodyear ? Les patrons se comportent comme des monarques absolus, ils peuvent détruire la vie des gens sans donner la moindre explication.

En tant que candidats de la deuxième circonscription de la Somme, nous dénonçons les suppressions de postes qui vont affaiblir Amiens qui a perdu son statut de capitale régionale. Jusqu'à quand allons-nous supporter la désindustrialisation de notre pays ?

En outre, nous savons qu'Amiens-Métropole a donné pendant des années des subventions à cette entreprise sans que le nombre d'emplois qu'elle s'était engagée à créer le soit vraiment en vertu du contrat signé. De plus Amiens-Métropole a déjà un projet immobilier pour le site. Exactement le même schéma que pour la fermeture de Matifas (route de Rouen) il y a quelques années ! Que ce soit le PS ou la droite qui gère notre collectivité, ces partis préfèrent anticiper la fermeture plutôt que de tout faire pour l'empêcher !

Nous appelons les Amiénois et tous ceux qui le veulent bien à se rendre sur place pour soutenir les salariés en grève. Ils viennent d'ouvrir une collecte solidaire. Il en va de l'avenir des salariés mais aussi de notre ville. Contre le chômage et les licenciements, il faut des mesures concrètes ! Il faut revoir les règles européennes pour empêcher les délocalisations, abaisser le temps de travail (ce qui créera des emplois), augmenter les salaires...

 

signés : Cédric Maisse, candidat titulaire pour la France insoumise de J.-L. Mélenchon dans la deuxième circonscription de la Somme et Brigitte Devauchelle, sa suppléante.

Lire la suite

Pourquoi faire d'Amiens un autre Clochemerle ?

4 Mai 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Le Courrier Picard réduit notre candidature à un seul qualificatif : extrême-gauche. C'est en totale contradiction avec ce qu'il affirme précédemment : Jean-Luc Mélenchon est arrivé deuxième dans notre circonscription ! Le quotidien régional a des difficultés pour changer sa façon de percevoir la réalité. C'est la France insoumise qui incarne la gauche aujourd'hui à Amiens : 25 % ! Cela ne mérite même pas un article, pourtant il serait intéressant de savoir pourquoi un candidat double le nombre de ses voix à Amiens. C'est sans doute des fantômes hantant un petit local battu par les vents qui ont fait sa campagne dans notre ville.

Donc le Courrier picard met en avant l'ancien (et défunt) Front de gauche qui voudrait « capitaliser » le bon score de J.-L. Mélenchon et marginalise ceux qui sont les plus légitimes à revendiquer ce score, ceux qui appartiennent précisément à son mouvement « la France insoumise » et qui ont fait sa campagne. De toute façon, jamais il n'est question des propositions de fond, la politique est réduite à un spectacle et à des querelles picrocholines. Nous ne pouvons que le déplorer.

Lire la suite

Les chiens aboient. La caravane passe.

26 Avril 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Il est des adversaires politiques qui sont sans cesse à l’affût de ce qu’ils croient de nature à atteindre les hommes qu’ils guettent. Ils furètent, dans tous les coins. Ils ne reculent devant aucune petitesse. « Les chiens aboient. La caravane passe, » dit-on de l’autre côté de la Méditerranée. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)

Nous nous réjouissons du résultat de la France Insoumise et de son candidat J.-L. Mélenchon sur Amiens. L'électorat de la vraie gauche s'est uni et a montré sa force dans notre ville. Cela a permis à nombre d'électeurs de traduire par leur vote leur révolte face, notamment, à la loi el Khomri imposé par le gouvernement socialiste à coups de 49-3. La France insoumise fait un très bon score à Amiens mais aussi dans les villages alentours. Cela permet d'aborder les élections législatives avec confiance et sérénité.

Et voilà que quelques personnes qui se réclament d'un collectif usurpant le nom de la France insoumise se manifestent, juste après un résultat que peu de personnes voyaient si haut. Le but n'est-il pas de casser une dynamique prometteuse et d'empêcher un mouvement novateur de se former ? Au lieu de lutter pour défendre les intérêts du peuple, ils préfèrent oeuvrer de manière mesquine pour leurs intérêts égoïstes.

Le 16 mars dernier, lors de la manifestation des salariés de Whirpool qui défendaient leurs emplois, nous avions rencontré François Ruffin. Nous lui avions demandé pourquoi Dolorès Esteban, sa mandataire financier, travaillait déjà, en sourdine, à la division de notre mouvement, la France insoumise. Il nous a répondu :

« - J'ai demandé à Dolorès et à toute mon équipe de campagne de ne pas s'occuper de la deuxième circonscription. »

Nous connaissons bien sa volonté d'unir toutes les formations politiques à la gauche du PS dans sa circonscription. Pourquoi laisse-t-il faire l'inverse dans la deuxième circonscription ? Alors que nous demandons même au PS, qui a du mal à trouver un candidat, de se rallier à nous pour battre les candidats annoncés par Macron et par le FN. Plus que jamais nous devons être unis pour prolonger le succès des élections présidentielles et construire durablement un mouvement qui pourra efficacement porter nos idées de progrès social.

Lire la suite

Retour sur un processus de désignation : soyons justes et précis !

26 Avril 2017 , Rédigé par Cédric Maisse

Patrick le Scouëzec apporte quelques informations supplémentaires qui prouve la légitimité et, surtout, l'accord de D. Estéban avec la candidature de Cédric Maisse :

Seul le succès de J-L Mélenchon suscite des vocations de dernière heure, succès auquel D Esteban ne croyait pas puisqu'elle a refusé de parrainer, en tant que conseillère départementale, la candidature de J-L Mélenchon à l"élection présidentielle de 2017, puisqu'elle ne fait pas partie des 9 élus de la Somme à avoir soutenu sa candidature.

En second lieu, la réunion du 16 janvier 2017, salle Dewailly à Amiens, a rassemblé, comme c'était prévu, les membres de la France insoumise de la 2ème circonscription. La trentaine de membres présents ont adopté à l'unanimité la candidature de Cédric Maisse avec, pour suppléante, Anne-Marie Guiziou-Guetemme. Elle était absente. C'est moi qui l'ai prévenu de ce choix. Dans sa réponse (voir mail rouge ci-après), elle affirme "Après en avoir discuté avec Dolores, nous avons décidé d' accepter votre proposition." ! Donc, D Esteban était au courant et a validé la proposition de candidature de C Maisse le 17 janvier !!!!

Troisième point, je lui ai indiqué que la France insoumisse avait, au plan national, validé ces candidatures le week-end du 21-22 janvier 2017 (voir mail bleu) et qu'une conférence de presse serait organisée à Amiens pour annoncer les 5 candidatures de la France insoumise aux législatives de juin 2017 dans la Somme. Les noms de Cédric Maisse et Anne-Marie Guiziou comme candidats ont même été publiés par le Courrier picard. Donc, la candidature de Cédric Maisse est validée et publique de la fin janvier 2017 ! Bizarre qu'il n'y ait de réaction qu'aujourd'hui (3 mois après), si c'était contestable.

D'autant que, quatrième point, la campagne de Cédric Maisse est commencée depuis un mois et n'est pas confidentielle, avec tracts et affiches. D Esteban n'a toujours pas réagi alors.

Enfin, l'inauguration du local de campagne rue Léon Blum à Amiens, qui est payé sur le compte de campagne de C Maisse, est devenu au fil des jours, celui de toute la France insoumise dans la Somme en campagne pour J-L Mélenchon dans la Somme. Et lors de son inauguration, le 7 avril dernier, étaient présents Anne-Marie Guiziou, Bernard Guiziou, Frédéric Damiens, Loïc Terlon, qui n'ont pas dit un mot sur la "non légitimité" de C Maisse, qui a pourtant pris la parole.

Bref, cela sent bon la polémique politicienne pour discréditer gratuitement un candidat qui risque de faire un trop bon score pour certains qui se révèlent être des soutiens de Mélenchon de la dernière heure !

Patrick LE SCOUËZEC

N.B. : Anne-Marie Guiziou n'a plus souhaité être suppléante de Cédric Maisse le 28 janvier 2017, "déçue de la non reconnaissance de François Ruffin pour la première circonscription par la France insoumise" (ce qui est faux) et parce que "très impliquée dans la vie associative, elle souhaitait y consacrer toute son énergie".


De : annemarie.guetemme@sfr.fr [mailto:annemarie.guetemme@sfr.fr]
Envoyé : mardi 17 janvier 2017 20:42
À : Le Scouezec Patrick
Objet : Re: France insoumise

Bonjour Patrick

Je te présente, à mon tour, tous mes voeux de bonne et heureuse année.

Je viens de prendre connaissance de ton message, j' étais absente cet après- midi.

Après en avoir discuté avec Dolores, nous avons décidé d'accepter votre proposition.Je ne connaissais ni la date ni l' heure de la réunion d' hier et , comme membre du CA de quartier , j' étais présente à notre réunion " galette des rois ".

Tiens moi au courant de la suite des événements Toutes mes amitiés.A Marie.

 

------ Message d'origine------

Le Scouezec Patrick De:

Date: mar., 17 janv. 2017 19:56

À: annemarie.guetemme@sfr.fr;

Cc:

Objet :France insoumise

Bonjour Anne-Marie,

D'abord, mes meilleurs voeux pour 2017 à toi et ta famille.

Je t'ai contacté aujourd'hui par téléphone à ton domicile (j'ai laissé un message sur ton répondeur) pour t'informer que la deuxième réunion de la France insoumise s'est tenue hier.

Elle ne réunissait que des habitants de la 2ème circonscription (Amiens sud). Elle avait été évoquée lors de la première réunion du 30 novembre 2016. Il fallait la tenir car la direction nationale de la France insoumise veut avoir examiné l'ensemble des candidatures aux législatives avant la fin janvier.

De ce fait, après examen des propositions, un débat, on a voté pour un binôme.Cédric Maisse en titulaire et toi en suppléante.

J'ai été chargé de prendre contact avec toi, ce que je fais, pour à la fois te donner l'information et recueillir ton avis. Il faut faire assez vite selon Vincent Bawedin car c'est ce week-ennd ou le suivant (selon la vitesse d'avancement des travaux) que le national donnera son avis et tranchera sur les candidatures.

Tu peux me contacter par mail ou téléphone 

Merci de me faire part de ton sentiment sur cette proposition et au plaisir de te lire ou de t'entendre. A bientôt j'espère dans tous les cas.

Amitiés,

Patrick

 


De : Le Scouezec Patrick
Envoyé : mercredi 25 janvier 2017 16:10
À : 'annemarie.guetemme@sfr.fr'
Objet : Investiture

Bonjour Anne-Marie,

Ce week-end, la direction nationale de la France Insoumise a validé vos candidatures, Cédric et toi, dans la deuxième circonscription de la Somme.

Au niveau local, un communiqué de presse devrait sortir dans les prochains jours pour annoncer les candidats de la France Insoumise pour 4 circonscriptions de la Somme

Une conférence de presse est envisagée.

Pour une réunion, la mairie veut, pour réserver les salles, des statuts locaux de la France Insoumise, qui n'en a pas. Du coup, c'est le PG qui réserve les salles, mais il n'a pas d'assurance. Bref, ça traîne...

Bonne soirée. A plus tard. Patrick

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>