Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 20:51

L'Aube nouvelle apporte son soutien à l'archéologue Éric Binet qui voit son poste au service d'archéologie préventive d'Amiens-Métropole supprimé par la droite. Nous sommes contents d'apprendre que Jacques Lessard (PCF) a pris sa défense en conseil. Pourtant il faut bien rappeler les faits : il était contre la création de ce service sous prétexte qu'il pouvait concurrencer l'INRAP ! Quand nous lui avons présenté le projet en 2008, il l'a mis dans un coin au fin fond de son bureau. Il a fallu passer par l'adjointe au logement de l'époque pour que le dossier sorte de son sommeil. Nous avons appris, avec surprise, que lorsque le service avait été créé, il s'en était attribué l'initiative. Cette légende court toujours... Toujours il nous faudra démasquer ce triste bureaucrate !

Le service d'archéologie préventive est viable économiquement. Plus des 2/3 de la superficie de notre ville sont en zone archéologique sensible. Le ralentissement actuel des activités dans le secteur du bâtiment est à l'origine d'un léger déficit. De toute façon, il y a un nécessaire besoin d'inscrire dans un temps assez long l'action du service d'archéologie pour qu'il devienne efficace.

Il faut aussi parler de l'intérêt culturel d'un tel service. Cette dimension est toujours ignorée que ce soit par la droite ou la gauche municipale. Tout ce qui compte aux yeux de ces notables, c'est la rentabilité. Et elle doit être évidemment immédiate. Nous avons affaire encore une fois à la banale mesquinerie d'élus locaux sans envergure.

Nous soutenons les élus qui ont voté contre la suppression du poste d'Éric Binet mais nous ne sommes pas dupes du positionnement de certains.

D'autre part il faut défendre l'existence du service archéologique dans son ensemble. La droite doit renouveler l'agrément de l'État cet été. Or, en mettant fin à la mission d'Éric Binet, il n'est pas sûr que cet agrément soit renouvelé, ce qui arrangerait bien le couple Gest-Fouré qui pourrait faire retomber la responsabilité de la disparition du service archéologique sur l'État. Décidément, l'austérité est toujours à l'ordre du jour à Amiens-Métropole.

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 23:01
Published by Cédric Maisse
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 21:48

Plongée dans les bleus, verts et ors de l'étang de Saint Sauveur dans la Somme le 26 juin 2016. Nous avons dérangé des carpes et un silure...

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 12:44

Les arrestations, les gardes à vue et les condamnations pleuvent sur les opposants à la loi travail à Amiens. Ce n'est pas une pratique démocratique de la justice mais la répression d'un mouvement social qui remets plus largement en cause la liberté d'expression.

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 20:40

France 3 Picardie fait un reportage lors de la manifestation contre le soutien du député PS Pasal Demarthe à la loi "travail".. Son équipe fait quelques images muettes des manifestants puis donne la parole au parti qui est mis en cause. Le 20 septembre 2015, ils ont donné 3 minutes à Marine Le Pen et juste quelques images muettes aux manifestants anti-FN. Le 7 septembre 2013, les manifestants sont là à Etouvie face au maire PS de l'époque G. Demailly mais ils n'auront pas la parole non plus.

Pour que France 3 Picardie vous donne la parole, organisez donc des manifs contre vous !

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 22:38

Le journal communiste, l'Aube nouvelle, dénonce la répression qui s'abat sur la jeunesse amiénoise. Les coups de matraque ne suffisent pas. Le gouvernement Valls-Hollande se sait de plus en plus illégitime. Par conséquent, il utilise à présent l'arme judiciaire.

Deux jeunes ont été condamnés à 4 mois de prison avec sursis, 140 heures de travaux d’intêret général (TIG) et l’indemnisation des victimes. C'est effroyablement disproportionné !

Qu'ont-ils fait sinon de contester, par des graffiti, l'invasion de l'espace public par les enseignes commerciales et les devantures des banques (qui augmentent sans vergogne leurs frais de gestion sans même que le gouvernement ne leur demande une explication !). Nous en avons assez d'être ravalés continuellement au rang de consommateurs tout juste bon à dépenser leur maigre salaire dans des objets dont la valeur marchande dépasse de bien trop loin la valeur de leur usage. Nous ne voulons plus subir le délire fétichiste d'une société capitaliste qui magnifie des objets pour tenter de nous faire oublier notre ennui.

Ce soir même, en marge de la manifestation contre l'usage antidémocratique et donc antirépublicain de l'article 49-3, un autre jeune a été arrêté par la police. Le but est bien de faire naître la peur pour décourager les citoyens de rejoindre les manifestations.

Nous dénonçons donc ces opérations qui n'ont pour but que de faire prendre le pli de la soumission à la jeunesse de notre ville et, à travers elle, plus largement à la population amiénoise.

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 17:06

Dans leur programme, le couple Fouré-Gest disait en 2014 :"Nous ferons de l'espace public un espace partagé qui favorise les circulations douces et respecte la liberté de se déplacer de chacun."
L'absence de marquage au sol pour signaler une bande cyclable aux automobilistes prouve le contraire dans la rue du Blamont.

 

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 19:24
Published by Cédric Maisse
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 18:11

Ce matin, à la demande des participants à cette journée revendicative du 1er mai, nos militants ont pris l'initiative d'amorcer un défilé qui peinait à démarrer.

Il faisait beau et les rues d'Amiens ont entendu résonner les slogans et chants d'un cortège réunissant des militants syndicalistes, politiques et associatifs.

Le défilé est passé devant la maison de la culture et, surtout, s'est arrêté sur la place de la Mairie pour dénoncer les violences policières et pour marquer sa solidarité avec ceux qui se sont réappropriés symboliquement ce lieu de débat le jeudi 28 avril.

Le cortège est ensuite revenu vers 13 heures pour participer à la vie des stands et partager un moment convivial et festif.

Pour qu'il y ait une réelle convergence des luttes, l'organisation du 1er mai ne doit pas être le fait de quelques personnes mais elle doit être le fruit d'un travail en amont le plus collectif possible.

 

Aube nouvelle, CNT, SUD-solidaires, groupe Marius Jacob, RESF

Published by Cédric Maisse
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 15:59
Published by Cédric Maisse
commenter cet article